Russie

16 mai 2019 20:23; Act: 16.05.2019 20:23 Print

La finale de «The Voice Kids» provoque un tollé

Soupçons de triche lors de la finale de «The Voice Kids» en Russie! Les résultats ont été annulés.

storybild

Le concours a été annulé après des soupçons de triche.

Une faute?

Plus de 30'000 appels et 8000 SMS envoyés depuis 300 numéros de téléphone: face à ce trucage manifeste, la victoire très critiquée de la fille d'une pop star à l'édition russe de «The Voice Kids» a été annulée.

La chaîne publique Pervy Kanal, qui diffuse l'émission, a annoncé l'annulation du concours après qu'une enquête eut prouvé «une influence extérieure sur le vote qui a affecté les résultats».

Mikella Abramova, 11 ans, avait remporté fin avril la finale de ce télé-crochet en remportant 56,5% des voix. Mais beaucoup de téléspectateurs avaient jugé sa performance moins bonne que celles de ses deux concurrentes.

Népotisme

Cette victoire avait provoqué un tollé et des accusations de népotisme, dans un pays où les inégalités sont considérables et la population se sent souvent impuissante face à des institutions accusées d'être instrumentalisées au profit d'intérêt privés.

La mère de la jeune fille est la chanteuse russe Alsou, arrivée deuxième de l'Eurovision en 2000, et son grand-père est un haut dirigeant de la compagnie pétrolière Loukoïl, à la tête d'une fortune estimée par Forbes à 500 millions de dollars.

Dès les jours suivant la finale, la polémique avait enflé en Russie, beaucoup jugeant que la victoire de la jeune fille était suspecte. Elle avait en outre bénéficié du soutien massif de pop stars russes qui avaient appelé à voter pour elle, au détriment des autres candidates.

Mandatée par Pervy Kanal, l'entreprise de sécurité informatique Group-IB a indiqué dans un communiqué avoir découvert que 300 numéros de téléphone avaient passé plus de 30'000 coups de fil et envoyé plus de 8000 SMS de soutien à une unique candidate.

«Triche automatisée»

«L'enquête a montré que des outils de triche automatisée étaient utilisés pour passer des appels», explique Group-IB, précisant que tous les numéros venaient d'un même opérateur, de la même région et sont aujourd'hui désactivés.

Group-IB ne divulgue pas de détails sur la candidate ayant bénéficié de ce système, disant attendre la fin de l'enquête et la publication d'un rapport final, d'ici la fin du mois.

(nxp/ats)