Poémique

04 octobre 2011 16:42; Act: 04.10.2011 16:42 Print

Le CSA s'attaque aux télé-réalités

par Laurent siebenmann/GuideTVLoisirs - En France, le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) veut mieux protéger les intérêts et la santé des candidats.

storybild

«Secret story», une des émissions montrées du doigt par le CSA.

Une faute?

Fini de presser les participants comme des citrons. C’est, en substance, le message adressé par le CSA, l’organe chargé de faire respecter la loi dans l’audiovisuel, aux producteurs d’émissions de télé-réalité et aux chaînes qui les diffusent. Préoccupés par la santé mentale de certains anciens candidats (Loana, au hasard...), voire leur suicide (Jean-Pierre de «Trompe-moi si tu peux» et plus récemment FX, de «Secret story») les membres du CSA ont adressé de nouvelles recommandations aux diffuseurs.

Toutes les émissions de télé-réalité sont concernées. Pour faire simple, les producteurs devront désormais clairement expliquer, sur leur site web, dans quelles conditions ont été tournées les séquences. Plus question de cacher au public la manière dont les programmes sont scénarisés, faisant passer tel joueur pour agressif ou tel autre pour manipulateur.

Autre évolution demandée: les candidats pourront, par contrat, saisir le CSA en cas de problème, lors des prises de vues ou de la diffusion. Cette nouvelle clause devrait empêcher les producteurs de trop jouer avec l’image des participants.

Enfin, le CSA exige un meilleur encadrement psychologique des joueurs. «Nous demandons aux responsables d’être plus prudents dans leur recrutement et d’assurer un accompagnement sur le plan psychologique avant, pendant et plusieurs mois après le tournage», a tonné Françoise Laborde, membre du CSA. Histoire d’éviter un nouveau drame.