Polanski chez Rochebin

04 octobre 2011 07:03; Act: 04.10.2011 07:06 Print

Les coulisses d'un scoop mondial

par Laurent siebenmann/GuideTVLoisirs - Depuis dimanche, les médias du monde entier veulent obtenir les images du «Pardonnez-moi» où le cinéaste s’est exprimé en exclusivité.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Darius Rochebin, comment avez-vous réussi à convaincre Roman Polanski de vous parler?
Ça n’a pas été facile! Cela faisait de longs mois que je ne lâchais pas l’affaire. J’avais eu l’occasion de l’interroger rapidement, lors de la fin de sa mise en résidence surveillée. Par la suite, je l’ai revu trois fois dans son chalet de Gstaad. Nous avons longuement parlé. Puis nous nous sommes croisés deux fois au bistrot. A chaque fois, il a refusé de se livrer devant les caméras. Polanski ne donne pratiquement jamais d’interview. Il n’aime pas ça et se méfie des journalistes.

Qu’est-ce qui l’a fait changer d’avis, cette fois?
Les circonstances. D’abord, je crois avoir établi avec lui une relation de confiance. Et puis, le 26 septembre, nous avions réservé le Palace de Gstaad qui est, normalement, fermé en ce moment. Nous étions donc seuls avec Roman Polanski qui, visiblement, était d’excellente humeur.

Initialement, vous ne deviez réaliser qu’une courte interview pour le JT, non?
Exactement. J’étais parti dans l’idée de ne lui poser que deux ou trois questions. Et là, miracle, j’ai senti qu’il avait envie de parler. Il n’arrêtait plus! Connaissant bien la vie et la carrière de Polanski, j’ai donc improvisé. Jamais, je ne l’avais entendu s’exprimer aussi longuement sur l’affaire Samantha Geimer, l’assassinat de Sharon Tate ou sur son assignation à résidence, en Suisse. C’est bien simple, il en a oublié un rendez-vous! Mais, malgré une petite interruption de tournage dûe à une panne de micro, il est resté jusqu’au bout.

A-t-il demandé à revoir les images ou à censurer des passages?
Absolument pas. Il avait juste peur de ne pas avoir été clair, à certains moments.

Depuis que «Le Monde» a consacré, samedi, une page à votre scoop, les médias du monde entier vous sollicitent pour obtenir des images de «Pardonnez-moi».
Oui, j’ai passé mon week-end à répondre aux demandes! (Il rit.) Ça m’a vraiment impressionné.

Combien la TSR vend-t-elle l’interview de Polanski aux autres télévisions?
Nous cédons gratuitement quelques minutes de cet entretien. S’il s’agit de l’émission entière, c’est le département des ventes de la TSR qui entre dans la danse.