DVD

23 février 2011 17:47; Act: 23.02.2011 17:55 Print

Les malédictions en séries d'Eliza Dushku

par Laurent Flückiger - «Tru Calling», «Nurses», «Dollhouse», la brune sexy cumule les mauvaises pioches. Porte-t-elle la poisse?

Voir le diaporama en grand »

Une faute?

Eliza Dushku vient tout juste d’avoir 30 ans, est à tomber par terre et n’a aucun rôle d’actrice sur le feu. Pis: elle vient de se casser l’annulaire le jour de la Saint-Valentin. La brune volcanique traînerait-elle une malédiction depuis qu’elle a failli voler la vedette à Sarah ­Michelle Gellar?

Six ans après ses débuts dans le show-biz avec le film «That ­Night», Eliza Dushku tape dans l’œil des fans de fantastique à l’âge de 18 ans. Dans «Buffy contre les vampires», elle est Faith, l’antagoniste ténébreuse de la Tueuse aux boucles blondes. La rebelle, c’est elle. Les mâles et les gothiques adorent. Et le culte voué à Faith aurait pu se prolonger si la ­brune n’avait pas refusé un spin-off consacré à son personnage.

Elle parle avec les morts dans «Tru Calling»

Eliza Dushku préfère signer pour «Tru Calling». Etudiante en médecine, Tru travaille à mi-temps dans une morgue, où, parfois, des cadavres lui demandent de les aider. Ce ­qu’elle fait durant deux saisons. Mais son charme ne parvient pas à sauver cette série un peu fade de l’annulation.

Un an plus tard, la série ­«Nurses», où elle devait aussi tenir la vedette, ne dépasse pas le stade du pilote. Mais Joss Whedon, créateur de «Buffy», ne l’a pas oubliée et lui confie le rôle enviable d’Echo, une créature qui ­incarne toutes les femmes à la fois. Brillante, «Dollhouse» n’en est pas moins incomprise, et se termine abruptement après deux saisons seulement.