«Quotidien»

05 février 2019 19:55; Act: 05.02.2019 19:55 Print

Les reporters ont raconté leur calvaire au Venezuela

Baptiste des Monstiers et Pierre Caillé ont évoqué les conditions dans lesquelles ils ont été interpellé à Caracas. On ne sait toujours pas comment ils ont été libéré.

storybild

Baptiste des Monstiers (à g.) et Pierre Caillé ont été privés de liberté trois jours durant. (Photo: TMC)

Sur ce sujet
Une faute?

Baptiste des Monstiers et Pierre Caillé reviennent de loin. Invités sur le plateau de «Quotidien» le 4 février, les deux reporters ont raconté les rudes conditions de leur détention au Venezuela.

Les deux hommes, qui tournaient un reportage destiné à l’émission de Yann Barthès, ont été interpellés le 29 janvier devant le palais présidentiel de Caracas. Pris pour des espions car ils n'étaient pas en possession d'un visa de presse, ils ont été privés de liberté trois jours durant.

Fouillés à nu, puis menottés, Baptiste et Pierre ont dû dormir dans un bureau dans lequel il ne faisait pas plus de 15 degrés. «Nous n'avions droit qu'à un verre d'eau pour deux par jour», a souligné l'un d'eux. A aucun moment ils n'ont évoqué les conditions de leur libération, qui a eu lieu samedi.

(szu)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Liberte le 05.02.2019 21:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Gauchos

    Et dire que des gens comme Melenchon soutiennent ce genre de régime ! Lui qui considère être La République ...

  • Michel le 05.02.2019 20:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Gauchos go home

    Et dire que ce pays est un exemple pour les gauchistes de chez nous ! Quelle honte.

  • bk&sine le 05.02.2019 21:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    une manif lzs GJ?

    alors les gilets jaunes ? votre pays la France c'est une dictature ? allez manifester là bas pour voir.... très heureux de voir ces journalistes de retour...

Les derniers commentaires

  • Ça devien ??????? le 06.02.2019 15:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ou , sur Allo c'est qui.

    Mieux être journaliste sportif , vacances toute l'année à nos frais , pour faire un article sur le vainqueur , le deuxième à trois millième de seconde , rien a foutre . Mon passeport ? Presse , hihihihihi.

  • Je suis HUGO le 06.02.2019 08:57 Report dénoncer ce commentaire

    STOP impérialistes!

    Les forces impérialistes occidentales souhaitent une fois de plus renverser un régime, blindé de pétrole comme par hasard. Puis, des petits bobos viennent faire leur propagande et après se plaignent si ce même régime s'occupe (gentiment) d'eux. Si on résume, pour Macron, les manifestations du Vénézuela sont les représentants de la liberté et ont tout légitimité, MAIS, les GJ en France sont la peste brune et une foule haineuse. Cherchez l'erreur Messieurs Dames. Ne soyons pas/plus dûpes!

  • HC le 05.02.2019 21:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Quotidien, de la daube

    C'était le casting de Ko Lanta version vénézuélienne.

  • jojo le 05.02.2019 21:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    serieusement

    et on ose appeler ça un calvaire ? pour un bobo peut être..

  • Liberte le 05.02.2019 21:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Gauchos

    Et dire que des gens comme Melenchon soutiennent ce genre de régime ! Lui qui considère être La République ...

    • Dann le 05.02.2019 21:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Liberte

      Mélenchon n'est plus dans la réalité. C'est l'archétype du communo-socialo-syndicaliste. Un personnage qui raté sa vie politique, un fauteur de troubles anarchiste. En un mot un gauchard. Mélenchon, Maduro, Levrat pour ne prendre que les pires... vous voyez la relation entre eux ? Prêts à tout, bons à rien. Ce n'est pas de la méchanceté mais un constat alarmant.