Violation de droits d'auteur

12 novembre 2019 09:24; Act: 12.11.2019 09:24 Print

Netflix gagne contre une journaliste

Valeria Vallejo accusait la plateforme d'avoir violé ses droits d'auteurs parce qu'elle estimait que «Narcos» s'inspirait trop de son livre sur Pablo Escobar.

storybild

Wagner Moura incarnait Pablo Escobar dans la série «Narcos». (Photo: Keystone/AP/Daniel Daza)

Sur ce sujet
Une faute?

Netflix a gagné une bataille contre une journaliste et ancienne maîtresse d'El Patrón qui affirmait que la série «Narcos», diffusée pour la première fois en 2015 sur le service de streaming, était trop similaire au livre «Loving Pablo, Hating Escobar» dont elle est l'auteur. Un juge de la cour fédérale de Floride a pris parti pour Netflix le 8 novembre 2019 et sa décision permet à la plateforme d'éviter un procès qui devait se tenir quelques jours plus tard.

La plainte de Valeria Vallejo remonte à janvier 2018. Cette Colombienne de 70 ans accusait les producteurs du feuilleton d'avoir copié deux scènes de son bouquin - dont une impliquant un pistolet dans une scène d'amour - sorti en 2006 et d'avoir créé un personnage s'inspirant d'elle appelé Regina Parejo. La journaliste expliquait alors que la société de production avait engagé des négociations pour obtenir les droits du livre, mais que les deux parties n'étaient jamais tombées d'accord.

Dans ses conclusions, le juge Rodney Smith a estimé qu'aucune des scènes de «Narcos» mentionnées par la plaignante ne violait ses droits d'auteur. À propos du passage intitulé «La caresse d'un revolver», le magistrat a argumenté: «Les seules similarités entre les deux sont le bandeau, les caresses avec un pistolet et l'excitation du personnage féminin. Ces faits ne sont pas protégés. L'idée de sexe avec une arme n'est pas protégée.» Il a ajouté qu'aucun dialogue n'avait été copié et que le décor était différent entre la série et le livre.

(jfa)