Bruxelles-Paris

08 juillet 2013 13:40; Act: 08.07.2013 13:57 Print

On ne verra plus les Lagardère à la télé

Arnaud Lagardère aurait racheté les droits de diffusion du film «La belle, le milliardaire et la discrète», un reportage qui était consacré à sa famille, afin d’en empêcher la diffusion en France.

Une faute?

En novembre 2012, l’émission «Tout ça (ne nous rendra pas le Congo)», diffusée sur la chaîne belge RTBF faisait le buzz au-delà des frontières du plat pays grâce à un reportage consacré à Arnaud Lagardère, sa fiancée Jade Foret et la mère de cette dernière.

Intitulé «Le milliardaire, la belle et la discrète», le film avait été qualifié de ridicule et avait été comparé à un «suicide médiatique» pour le patron du groupe Lagardère, auquel appartiennent notamment «Paris Match», «Elle» ou Europe 1. Moments intimes, relation avec sa belle-mère, complexes sur sa taille: rien n’était épargné au téléspectateur.

Depuis qu’il a vu les images, Arnaud Lagardère a réalisé que ce reportage pouvait lui faire du tort, ainsi qu’à son entreprise, s’il était diffusé en France. Il a donc simplement décidé de racheter les droits de diffusion de la saison 2012 de «Tout ça...», comme le révèle l’édition belge de «Marianne». Simple et efficace, il suffisait d’y penser.

Rachat des droits de diffusion mondiaux

Le rachat s’est déroulé en deux temps selon l’hebdomadaire. En novembre 2012, un jour avant la diffusion du reportage, une filiale de la RTBF vend les droits de diffusion mondiaux de la saison à NeweN Distribution. La transaction a été confirmée à «Marianne» par François-Xavier Schlesser, responsable commercial à la Sonuma, la filiale de la RTBF. C’est ensuite NeweN qui aurait vendu les mêmes droits au groupe Lagardère. Laetitia Recayte, directrice générale de NeweN, a cependant refusé de confirmer cette information.

L’avantage pour Arnaud Lagardère, c’est qu’il n’existe aucune obligation contractuelle pour l’acheteur de diffuser les 7 émissions de 2012. Arnaud Lagardère, sa compagne et la mère de celle-ci peuvent dormir sur leurs deux oreilles. Aucun téléspectateur français ne découvrira que l’homme d’affaires est surnommé «Nono» par sa belle-mère qui se préoccupe également beaucoup des pantalons moulants de son gendre.

(jfa)