Football

29 mai 2019 08:21; Act: 29.05.2019 08:30 Print

Chelsea-Arsenal, la fête des voisins à Bakou

Mercredi soir, les deux équipes londoniennes de Premier League s'affrontent en finale de l'Europa League (21h), très loin de leurs bases.

storybild

Il s'agira des dernières retrouvailles sur le terrain entre le gardien Petr Cech et l'attaquant Eden Hazard. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

C'est Londres sur la Caspienne! A 4000 kilomètres de chez eux, à Bakou, les rivaux Chelsea et Arsenal s'affrontent en finale de l'Europa League, dans un derby électrique, voire bouillant pour les Gunners qui jouent gros, mercredi soir à 21h.

Avant le choc entre Liverpool et Tottenham en Champions League, samedi à Madrid, la conquête anglaise de l'Europe débute par les steppes de l'est. L'Azerbaïdjan va voir défiler deux drôles d'armées, moins intéressées par ses puits de pétrole que par un trophée de plus dans leur collection. Les Blues d'Eden Hazard et les Gunners de Petr Cech, avant sa retraite, viennent conclure aux confins du Vieux Continent une longue saison, déjà réussie pour les premiers, encore illisible pour les seconds qui n'ont pas droit à l'erreur.

Mission C1 pour Arsenal

Spécialiste de la compétition qu'il a remportée trois fois avec Séville, l'entraîneur Unai Emery doit gagner une quatrième coupe pour ramener en Champions League Arsenal, qui se cherche une nouvelle identité après 22 ans avec Arsène Wenger, sous peine d'infliger une saison supplémentaire de transition aux supporters échaudés par des années de «lose». L'ex du PSG a failli en Premier League, en terminant cinquième à un point de son objectif, pendant que Chelsea validait son ticket pour la C1, le podium (3e) en plus. Mais une victoire ferait entrer l'entraîneur espagnol dans le Panthéon des Gunners, qui ne comptent qu'une Coupe des coupes, en 1994, à leur palmarès européen.

«La C1, c'est notre objectif. Nous savions que ça allait être difficile au début de la saison. Mais il nous reste encore une chance», a expliqué mardi Emery, qui pourrait réussir dès sa première saison là où Wenger a échoué, avec deux finales perdues, de C3 en 2000 et de C1 en 2006. Revanchard après son expérience mitigée à Paris, le Basque a déjà retrouvé sa baguette magique en Europa League, en faisant du duo Aubameyang-Lacazette un monstre à deux têtes effrayant d'efficacité, qui a marqué les huit derniers buts de leur équipe dans la compétition. Mais de là à faire de cette finale un référendum sur Emery... «Le match n'est pas plus important pour nous que pour Chelsea!, a tempéré l'Espagnol. Dans le foot, on joue pour gagner des trophées. La Champions League, ça vient en second. Arsenal et Chelsea partagent le même but, celui de donner aux fans un trophée».

Lyon supporter de Chelsea

Dans l'Ouest londonien aussi, le titre fera des heureux. D'abord Hazard, qui doit rejoindre le Real Madrid cet été après sept ans au club. Le Belge, qui a bouclé sa meilleure saison statistique en championnat (16 buts et 15 passes décisives), rêve d'une seconde Europa League après 2013, avant d'aller chasser la «grande» Coupe d'Europe avec Zinédine Zidane. Il y a l'entraîneur Maurizio Sarri, qui a subi beaucoup de critiques pour sa première saison en Angleterre. «On a fait une très bonne saison. Si on gagne l'Europa League, elle sera merveilleuse», a déclaré le coach italien, qui peut remporter, à 60 ans, le premier titre de sa carrière. Enfin, il y a Lyon, le 3e de Ligue 1, qui obtiendra un pass direct pour la phase de poules de la Champions League, et les revenus qui vont avec, si Chelsea gagne - sinon, l'OL devra passer par le troisième tour des qualifications. Comme quoi cette fête des voisins ne va pas intéresser que Londres!

Le sélectionneur des Bleus, Didier Deschamps, avant une fenêtre internationale début juin, gardera lui un oeil sur son attaquant Olivier Giroud, le meilleur buteur de la compétition (10 buts) avec Chelsea, et son milieu N'Golo Kanté, incertain en raison d'une blessure à un genou. C'est du «50-50», a assuré mardi Sarri. «Ce n'est pas vraiment une blessure sérieuse. Maintenant, le problème, c'est le temps», pour qu'il soit rétabli pour le match.

Comme «Dédé», eux aussi suivront le match devant la télévision, mais malgré eux: beaucoup de supporters ont été refroidis par le prix du trajet à Bakou qui accueillera quatre matches de l'Euro 2020, dont un quart de finale. Le milieu arménien d'Arsenal, Henrikh Mkhitaryan, a lui décidé de ne pas faire le déplacement pour des raisons de sécurité, du fait des tensions diplomatiques entre l'Azerbaïdjan et son pays natal. Sur cette question, Londres paraît si loin.

(afp)