Aménagement intérieur

05 février 2019 17:24; Act: 05.02.2019 17:24 Print

L'ingéniosité des cuisines de bord des bateaux

Quand on est marin-cuistot, il est faut souvent composer avec un espace exigu. Mais il y a plein d'idées à piquer pour la terre ferme.

Voir le diaporama en grand »
Les paquebots modernes offrent à leurs passagers des cabines spacieuses, une literie de confort et de multiples divertissements. Ceux qui n'ont pas la vie facile à bord sont les cuisiniers. Cuisiner à bord d'un navire est un véritable défi. Alors que les grands paquebots de croisière disposent de grandes cuisines, cet espace est réduit à l'extrême sur les plus petits bateaux. Hormis l'électroménager, la taille et l'aménagement des maïences n'ont guère changé au cours du siècle dernier. Cette photo date de la première traversée du paquebot Fritz Heckert, offrant un aperçu des cuisines de bord. Cette photo a été prise sur un paquebot, vraisemblablement dans les années 30. Les brigades de cuisiniers élaborent les plats les plus variés dans des espaces souvent très exigus. Il faut surmonter toute une série de problèmes dans les cuisines de bord. Le matériel et les ustensiles de cuisine y sont donc rarement empilés. D'une part, tout ce qui n'est pas convenablement fixé tombe à la moindre vague. D'autre part, il est dangereux de grimper sur un escabeau ou un tabouret non fixé. (Photo prise sur un navire de croisière de l'organisation KdF (Kraft durch Freude) Robert Ley, Avril 1939) Tout doit être soigneusement rangé et à portée de main des cuisiners. Pour les longues traversées, le pain est confectionné à bord. Et les ustensiles nécessaires au boulanger sont, là aussi, casés dans un espace exigu. Mais si les cuisiniers professionnels ont néanmoins un bel espace à leur disposition, on ne peut pas en dire autant de ceux qui voyagent, et font à manger, à bord de petits yachts ou de voiliers. Ces mini-cuisines n'offrent qu'un tout petit plan de travail, un ou deux feux de cuisson et un évier de taille réduite. Casseroles et pots trouvent leur place sur des crochets.

Une faute?

Quiconque a déjà eu la chance de goûter aux joies d'un séjour à bord d'un voilier ou d'un yacht sait combien le coin cuisine y est restreint. Souvent, le préposé aux casseroles qui évolue dans cet espace réduit, équipé de quelques placards, d'une double plaque de cuisson et d'un mini-réfrigérateur, peut déjà s'estimer heureux s'il a accès à l'eau courante.

Pourtant, il est souvent plus commode d'y préparer de bons petits plats que dans les spacieuses cuisines équipées qu'on trouve sur la terre ferme. Comment est-ce possible? Grâce à une optimisation maximale de l'espace et à l'utilisation du moindre recoin, aussi petit soit-il.

L'espace est précieux et tout doit rester en place

A y regarder de plus près, on notera qu'une cuisine de bord – toujours appelée «maïence» dans le jargon maritime – respire l'ingéniosité, à commencer par ses proportions. La plus grande marmite s'imbrique parfaitement dans l'évier qui, à son tour, se métamorphose en plan de travail une fois qu'on y dépose la planche à découper. Le thermos est, quant à lui, parfaitement adapté à la taille du compartiment de rangement.

Parmi les autres astuces qu'on retrouve dans une maïence, il y a les crochets permettant de suspendre tasses et autres ustensiles, de même que les éléments de rangement en hauteur avec ouverture vers le haut. Ceux-ci, qui ont également leur charme sur la terre ferme, offrent un gain de place considérable et garantissent la sécurité à bord. Afin d'éviter aux objets de glisser et aux liquides de se renverser en cas de mer agitée, plans de travail et étagères sont constitués de plateaux avec rebord, ce qui permet également un rangement au millimètre des bouteilles et autres boîtes de conserve.

Moins, c'est plus

A l'origine, la cuisine de bord n'était qu'un réduit où on faisait du feu – source de danger sur un navire. Le cuisinier y préparait les repas pour tout l'équipage avec un choix limité de vivres. Les longues traversées en mer lui laissaient largement le temps de réfléchir à des solutions de rangement optimales pour les casseroles, les poêles, la vaisselle et les ustensiles.

Aujourd'hui encore, l'énergie reste limitée sur tout bateau dont le moteur est à l'arrêt. D'où la très petite taille du réfrigérateur, qui n'offre que la place pour stocker les aliments devant absolument être conservés au frais. Inutile d'espérer y stocker la moutarde spéciale ou les légumes défraîchis dont on aurait dû se débarrasser il y a belle lurette. Le réfrigérateur est généralement plein à craquer, le rendant ainsi moins énergivore.

Rigueur et discipline

Un espace exigu transformera même le plus chaotique des cuistots en un exemple de rigueur et de discipline. Tout ce dont il a besoin doit être à portée de main et, surtout, rangé immédiatement après son utilisation. Exit les montagnes de vaisselle sale, les appareils électroménagers rarement utilisés et les petits objets de décoration. De quoi inspirer plus d'une personne sur la terre ferme!

(age)