Neuchâtel

16 février 2020 17:05; Act: 16.02.2020 21:13 Print

Bousculade à la Case à chocs: plusieurs blessés

Une barrière à l'entrée de la salle de concert a cédé lors d'une soirée accessible exceptionnellement dès 16 ans.

storybild

L'incident a fait deux blessés légers, indique la police cantonale. (Photo: Lecteur-reporter)

Sur ce sujet
Une faute?

Un mouvement de foule a fait quelques blessés légers samedi soir vers 23h30 à l’entrée de la salle de concert Case à chocs, à Neuchâtel, rapporte Arcinfo. Selon le site d'information, les agents de sécurité ont été débordés par des centaines de fêtards, qui voulaient se rendre dans la salle pour une soirée accessible dès l’âge de 16 ans. La pression a été telle qu’une barrière a rompu et a fait chuter plusieurs dizaines de personnes au sol.

«À notre connaissance, deux personnes ont été légèrement blessées et une troisième a été contrôlée sur place par les ambulanciers», a indiqué à nos confrères Georges-André Lozouet, chargé de communication de la police neuchâteloise. Plusieurs jeunes se seraient également rendus aux urgences par leurs propres moyens.

Staff «choqué»

Pour sa part, l'établissement a réagi sur sa page Facebook.
L'équipe se dit «choquée et est profondément désolée des faits qui se sont déroulés (...) dans la cour, au niveau de la caisse d’entrée lors de la soirée Mainstream organisée en collaboration avec le collectif Nox Futur».

Le message précise que «le personnel d’accueil et de sécurité est tenu de vérifier l’âge de chaque spectateur et ce processus a d’autant plus ralenti les entrées dans la salle, ce qui a créé un bouchon». Seules quatre soirées par an sont ouvertes dès 16 ans. «Dans l'avenir, nous adapterons les mesures pour les soirées de ce type en ouvrant les portes plus tôt, en adaptant la politique de prix et le système de sécurité afin d'être en mesure de fluidifier la circulation et d'assurer la sécurité du public», poursuit le texte.

Et de conclure: «Nous tenons à nous excuser auprès de chaque personne présente hier soir et nous espérons avoir des nouvelles de ceux qui ont été effrayés et blessés (...).»

(gma/20 minutes)