Japon

26 novembre 2018 10:32; Act: 26.11.2018 11:01 Print

Mitsubishi Motors révoque à son tour Carlos Ghosn

Les administrateurs de Mitsubishi Motors ont jugé «difficile» de maintenir en poste le puissant capitaine d'industrie qui a été arrêté il y a une semaine à Tokyo.

Sur ce sujet
Une faute?

Le conseil d'administration du constructeur japonais Mitsubishi Motors a annoncé lundi avoir révoqué son président Carlos Ghosn, déjà démis de la même fonction chez Nissan, pour cause de malversations financières présumées.

Selon un bref communiqué, les administrateurs du groupe ont jugé «difficile» de maintenir en poste le puissant capitaine d'industrie qui a été arrêté il y a une semaine à Tokyo. Il est depuis en garde à vue pour dissimulation d'une partie de ses revenus aux autorités financières et est en outre accusé d'abus de biens sociaux par Nissan.

Le conseil a réuni sept membres, dont le dirigeant exécutif Osamu Masuko et deux responsables de Nissan, son principal actionnaire avec 34% de capital.

Plus petit du trio avec 1,2 million de voitures vendues par an, Mitsubishi Motors s'apprête donc à se séparer de celui qui avait volé à sa rescousse en 2016 au moment où il était fragilisé par un scandale de falsification des données.

«Inégalité»

Nissan, de son côté, a tranché jeudi à l'unanimité, «en se fondant sur l'abondance et la nature convaincante des preuves», selon les propos d'un porte-parole. Même les deux anciens de Renault, Jean-Baptiste Duzan et Bernard Rey, désormais à la retraite, ont opté pour la révocation de l'ancien homme fort de la compagnie japonaise.

Hiroto Saikawa, l'actuel patron exécutif de Nissan, a adressé lundi un message aux salariés au cours d'une réunion au siège à Yokohama, en banlieue de Tokyo, et retransmise sur les autres sites du groupe.

Selon une source proche de la compagnie, il a exprimé une nouvelle fois le «choc» qu'il avait ressenti et assuré faire son possible pour que l'affaire touchant Carlos Ghosn «n'affecte pas les relations au sein de l'alliance» ni «les opérations au jour le jour» de Nissan.

Mais il a aussi tenu dans le même temps à souligner «l'inégalité» dans la structure, tant les pouvoirs son concentrés dans les mains d'un seul homme, ce qui empêche toute discussion stratégique entre Renault et Nissan.

M. Saikawa fera mercredi le déplacement aux Pays-Bas, où doit se tenir une réunion de l'alliance, alors que des salariés et analystes se font l'écho de tensions et rancoeurs accumulées au fil des ans chez Nissan.

Un montage complexe

Le principal intéressé, toujours en garde à vue dans une prison du nord de Tokyo, nie, lui, les allégations.

A ce stade, Carlos Ghosn est entendu par le parquet sur des soupçons de dissimulation de la moitié de ses revenus chez Nissan dans des documents remis par le groupe aux autorités financières japonaises entre 2011 et 2015.

Le montant concerné porte sur 5 milliards de yens (environ 38 millions d'euros) mais, d'après des médias, il aurait aussi minoré ses émoluments dans les trois exercices comptables suivants, ce qui porterait la somme non déclarée à 8 milliards de yens, sans compter 4 milliards découlant de plus-values sur des titres financiers.

D'après des sources citées par le quotidien économique Nikkei, M. Ghosn percevait 2 milliards de yens par an au titre de PDG de Nissan jusqu'à début 2010, une rémunération qui n'était pas rendue publique à l'époque.

A cette date, une loi a changé les choses, et c'est à ce moment-là que M. Ghosn aurait abaissé sa rétribution à environ 1 milliard de yens pour éviter les critiques, tout en reportant le paiement du milliard restant une fois qu'il se serait retiré. Tout ceci avec la complicité de son bras droit Greg Kelly, actuellement en détention et qui dément également les accusations.

Selon les résultats de l'investigation menée dans le plus grand secret par Nissan au cours des derniers mois, le patron de l'alliance est aussi soupçonné d'abus de biens sociaux, mais il n'est officiellement pas interrogé à ce sujet pour l'instant.

Il le serait ultérieurement si une nouvelle procédure d'interpellation était lancée, prolongeant ainsi sa période de détention.

(nxp/afp)

Les commentaires les plus populaires

  • Ronald le 26.11.2018 11:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Incroyable...

    Quand meme incroyable que les riches en ont pas assez, magouiles intrigues etc etc. Et nous les pauvres doivent bosser et si on oublie de declarer 100 euros en moins au fisc on est des criminels ,

  • Franc le 26.11.2018 14:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Evo/gtr Fan

    Un espoir de voir Nissan et Mitsubishi revenir à leurs origines et nous faire de vrais bagnoles quon aiment

  • sale le 26.11.2018 12:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    coup

    Concernant cette affaire, je pense qu'il s'agit d'un coup monté contre Goshn car Nissan souhaite avoir plus de part sur Renault et comme les gardes à vues Japonaises durent de plusieurs jours sans voir ce qu'il se passe à l extérieur M.Goshn ne pourra pas se défendre et sera destitué de ses fonctions à sa sortie de prison!

Les derniers commentaires

  • dOr'é le 29.11.2018 07:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    para'chute

    c'est quoi sa prime de départ ?

  • C.Dupropre le 28.11.2018 14:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Blanchisseur

    Candidat au prix Renaudoto,

  • A.Saké le 28.11.2018 09:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    J'en riz

    il est plein de suchis

  • Parti Zan le 27.11.2018 06:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Redescendez sur terre

    Arrêtez de voir le "complot" partout, je doute qu'un type soit accusé d'un tel niveau de malversations sans véritables fondements. Les accusations sont lourdes et réparties sur plusieurs années.

    • Paul Boulanger le 27.11.2018 20:52 Report dénoncer ce commentaire

      @Parti Zan

      Moi je doute qu'un type de ce niveau soit assez stupide pour se faire prendre avec les doigts dans le pot de confiture. Cette histoire est bizarre.

  • fricouripou le 27.11.2018 01:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    impôts

    Franchement Ghosn, Ronaldo, Messi, Mourinho etc... tous ces gens ont de millions et je doute fort que ce soit eux qui declarent leur pognon, mais plutôt des fiduciaires, avocats, notaires ou autres... bref, il s agit à mon avis d une enieme tentative de destitution/ d atteinte à la personne dans le but d en tirer profit. Faut pas tj croire ce que les médias disent.

    • Parti Zan le 27.11.2018 06:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @fricouripou

      Oui ça doit être ça pour les 5 dernières années...