Suisse

26 février 2020 11:11; Act: 26.02.2020 15:39 Print

Voitures autonomes: trois scénarios évalués

Les conditions juridiques et techniques supplémentaires qui devront être remplies pour que ces véhicules soient autorisés sur nos routes ont été étudiées.

storybild

Les règles de la circulation seront aussi valables pour les voitures autonomes. (Photo: Keystone)

Une faute?

Lorsque des voitures autonomes rouleront sur les routes suisses, les règles de la circulation seront aussi valables pour elles. TA-SWISS a étudié les conditions juridiques et techniques supplémentaires qui devront être remplies pour que ces véhicules soient autorisés.

Sondage
Etes-vous prêt à utiliser des véhicules autonomes?

L?étude réalisée sur mandat de la Fondation pour l'évaluation des choix technologiques TA-SWISS a retenu trois scénarios. Le premier illustre la situation dans laquelle il n'existerait quasiment aucune restriction pour les voitures autonomes.

Comme l'ont déjà souligné diverses études, cela présente le risque d'une augmentation considérable du trafic du fait que ces engins pourraient aussi rouler à vide, ont relevé les responsables de TA-SWISS mercredi devant la presse à Berne. Des enfants, des personnes âgées ou sans permis pourraient aussi s'en servir.

Le second scénario présuppose que les voitures autonomes sont utilisées dans les zones urbaines en guise de taxi ou de bus remplacement. Grâce à une planification intelligente des itinéraires et au partage de véhicule, le trafic et le besoin en places de stationnement pourraient diminuer.

Dans le troisième scénario, les véhicules autonomes utilisés collectivement sont disponibles sur demande dans les villes comme dans les zones rurales. Afin de contrôler le flux de trafic et le taux d'occupation des véhicules de la manière la plus efficace possible, la planification du trafic serait gérée par un organe étatique central.

Réglementation de base nécessaire

En s'appuyant sur ces scénarios, l'étude propose des options réglementaires. Ces recommandations sont différenciées en fonction du rôle que l'État doit jouer – selon qu'il permet la mobilité automatisée, qu'il l'encourage ou qu'il s'engage activement en faveur de son développement.

Quelques règles fondamentales sont dans tous les cas nécessaires: pour que les voitures autonomes soient admises à la circulation, une base juridique doit encore être créée. En outre, il faut réglementer la formation que doivent recevoir les futurs passagers ou propriétaires et définir qui est responsable de la voiture en dernier ressort.

Si les voitures autonomes sont en partie utilisées pour remplacer les transports publics, la base juridique sur le transport de voyageurs devra être adaptée. Pour les fournisseurs de ce type de services, la pratique en matière d'octroi de licences devra être révisée.

Questions éthiques

Si, en fin de compte, l'État se voit attribuer un rôle de meneur fort, d'autres mesures doivent être prises en considération. Dans ce cas, les instances politiques devront fixer des objectifs clairs pour la mobilité future.

Afin de réduire la circulation, par exemple, ou de promouvoir le partage des véhicules, il faudra introduire de nouvelles mesures d?incitation ou d'interdiction ainsi que des conditions en matière de concessions, et fournir une information et des efforts de persuasion ciblés.

Comme l'a relevé Tobias Arnold de la société de conseil Interface, co-auteure du rapport, de nombreuses questions éthiques restent ouvertes. Notamment celle de savoir jusqu'à quel point l'Etat peut restreindre la liberté individuelle et la mobilité de chacun au nom de la sécurité et de la protection de l'environnement.

Cyclistes et piétons

La sécurité des cyclistes et des piétons est un autre problème, a indiqué Fabienne Perret, de la société EBP, également à l'origine du rapport. Pour s'intégrer dans un réseau de voitures autonomes, ils pourraient devoir annoncer leur trajet, ne pas en dévier et être porteur d'un émetteur qui transmet ces informations.

Au nom de la sécurité, la vitesse des véhicules autonomes devrait être fortement limitée, du moins en ville, a précisé la spécialiste à Keystone-ATS. Quant à savoir s'ils resteront suffisamment attractifs, c'est une autre affaire. D'éventuelles pannes de courant ou attaques de hackers sont aussi des éléments à prendre en compte dans de tels réseaux interconnectés.

L'étude ne répond délibérément pas à la question de savoir dans quelle mesure l'État devrait intervenir. Cette interrogation doit trouver une réponse dans le discours social et politique. Il en va de même de la question des entités autorisées à recueillir et utiliser les données générées par ces voitures, conclut TA-SWISS.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Circo Loco le 26.02.2020 14:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les vhc autonomes sont incapables...

    ...de gérer l'incivilité grasse des humains. En leurs imposant la sécurité comme un principe absolu, ils seront contraints de s'arrêter tous les 10 mètres tellement les gens sont dénués de tout respect des règles de base...Un seul exemple : les piétons qui traversent quand bon leur semble. Feu vert ou pas, c'est pareil! L'humain dans sa voiture va démarrer et forcer les piétons à stopper leur progression. Le véhicule autonome va rester immobiliser jusqu'au prochain feu rouge par soucis de sécurité. Et croyez moi sa sera encore pire quand les gens auront intégré le comportement de ces véhicules

  • Mr. Nid le 26.02.2020 21:24 Report dénoncer ce commentaire

    1984

    Article amusant... au moins. "la planification du trafic serait gérée par un organe étatique central". Mais bien sûr ! "les cyclistes pourraient devoir annoncer leur trajet, ne pas en dévier et être porteur d'un émetteur qui transmet ces informations." C'est cela oui... La voiture autonome soulève des questions éthiques. Ça on avait déjà compris. Par contre, il semble que les "organismes" qui ont pondu cette étude n'ont pas vraiment compris ce qu'ils disaient. C'est quoi le but ? Avoir des véhicules autonomes? à tout prix? Pour quels avantages? Plus de sécurité ? Ou plus de sécuritaire?

  • Père Spicasse le 26.02.2020 16:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Autonomie de pacotille

    J'ai un véhicule possédant une certaine autonomie. A chaque caca d'oiseau ou flocon de neige tout le système s'arrête ! Même les grands phares automatiques ne sont plus capables de quoi que ce soit à la moindre brume et en situation sinueuse. Alors si cet avenir là est proche, il y a de quoi s'inquiéter! Et si l'autonomie doit se faire grâce à la 5 ou 6 G et à l'aide de multitudes de capteurs utilisant des terres rares, il vaudrait mieux s'occuper de rationaliser la consommation toujours excessive de la plupart des véhicules.

Les derniers commentaires

  • Ange 1 et Démon 0 le 29.02.2020 12:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    je choisis le troisième scénario

    premier scénario sortie de parking, deuxième scénario parquage, troisième scénario direction démolition

  • Mr. Nid le 26.02.2020 21:24 Report dénoncer ce commentaire

    1984

    Article amusant... au moins. "la planification du trafic serait gérée par un organe étatique central". Mais bien sûr ! "les cyclistes pourraient devoir annoncer leur trajet, ne pas en dévier et être porteur d'un émetteur qui transmet ces informations." C'est cela oui... La voiture autonome soulève des questions éthiques. Ça on avait déjà compris. Par contre, il semble que les "organismes" qui ont pondu cette étude n'ont pas vraiment compris ce qu'ils disaient. C'est quoi le but ? Avoir des véhicules autonomes? à tout prix? Pour quels avantages? Plus de sécurité ? Ou plus de sécuritaire?

    • ganache le 27.02.2020 16:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Mr. Nid

      Une "mega pagaille" gérée par un "organisme étatique" on se réjouit déjà beaucoup....

  • Père Spicasse le 26.02.2020 16:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Autonomie de pacotille

    J'ai un véhicule possédant une certaine autonomie. A chaque caca d'oiseau ou flocon de neige tout le système s'arrête ! Même les grands phares automatiques ne sont plus capables de quoi que ce soit à la moindre brume et en situation sinueuse. Alors si cet avenir là est proche, il y a de quoi s'inquiéter! Et si l'autonomie doit se faire grâce à la 5 ou 6 G et à l'aide de multitudes de capteurs utilisant des terres rares, il vaudrait mieux s'occuper de rationaliser la consommation toujours excessive de la plupart des véhicules.

    • A. Bonomet le 26.02.2020 16:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Père Spicasse

      Idem: mon véhicule possède une certaine autonomie. Tout mis en manuel. Parfois sur l'autoroute la nuit, cela peut avoir un certain avantage.

  • Geoffrey_ le 26.02.2020 15:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    non

    on va de plus en plus vers des locations et non plus s'acheter un tel véhicule à soi mais le plaisir de conduire est là donc pas demain la veille

  • Circo Loco le 26.02.2020 14:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les vhc autonomes sont incapables...

    ...de gérer l'incivilité grasse des humains. En leurs imposant la sécurité comme un principe absolu, ils seront contraints de s'arrêter tous les 10 mètres tellement les gens sont dénués de tout respect des règles de base...Un seul exemple : les piétons qui traversent quand bon leur semble. Feu vert ou pas, c'est pareil! L'humain dans sa voiture va démarrer et forcer les piétons à stopper leur progression. Le véhicule autonome va rester immobiliser jusqu'au prochain feu rouge par soucis de sécurité. Et croyez moi sa sera encore pire quand les gens auront intégré le comportement de ces véhicules

    • Loco le 26.02.2020 20:59 Report dénoncer ce commentaire

      @circo

      Incivilités crasses

    • Jules de la Veveyse le 27.02.2020 09:13 Report dénoncer ce commentaire

      @Circo Loco

      Les incivilités sont CRASSES mais il y en a tellement et tellement énormes qu'elles en deviennent GRASSES.