Beauté

31 mars 2011 15:34; Act: 31.03.2011 17:03 Print

«J'essaye de véhiculer une image positive»

par Stéphanie Billeter - Adriana Karembeu se livre sur sa nouvelle ligne de cosmétiques avant sa venue ce dimanche 3 avril au Salon Genève Esthétique à la Praille.

storybild

"J'ai de la chance d'avoir tout ce qu'il faut"

Sur ce sujet
Une faute?

Adriana, comment vous êtes-vous retrouvée à commercialiser des cosmétiques?
En tant que mannequin, j'ai toujours été confrontée aux marques, à essayer des crèmes, des produits pour les cheveux, du maquillage. Chaque marque a ses produits phares mais jamais de quoi me satisfaire totalement.

C'est venu de vous-même ou on vous a sollicitée?
C'est parti d'une rencontre avec celui qui est maintenant mon partenaire. On a créé notre marque, qui porte mon nom, alors j'ai tout suivi pas à pas, en choisissant les actifs avec les chimistes.

Dont le silicium?
Oui, c'est un cicatrisant utilisé avant cela dans le milieu médical. De fait, c'est un excellent anti-âge! Et comme je suis la première testeuse, je peux vous dire que ça marche bien. Je reviens du désert marocain où ma soeur a fait un rallye et ma peau avait besoin de récupérer!

Vous avez eu recours à la chirurgie esthétique?
J'ai beaucoup de chance d'avoir plutôt été gâtée par la nature! Et j'ai bientôt fini ma carrière de mannequin, alors je n'ai plus vraiment besoin de paraître si jeune! J'ai 39 ans et je le vis très bien. Je lutte contre le vieillissement avec mes moyens, et da'bord une bonne hygiène de vie. Mais je ne dis pas que je n'en ferai jamais, peut-être dans dix ans!

Personne ne vous l'a jamais demandé, pour un contrat par exemple?
Ah non, au contraire. A l'époque, c'était hors de question d'avoir une fausse poitrine ou une bouche refaite pour défiler ou être l'égérie d'une marque. Je ne connais d'ailleurs personne qui l'aurait demandé! Les mannequins ou actrices qui disent cela se trouvent des excuses.

Vous avez toujours bonne mine. Quels sont vos conseils?
Le meilleur que je pourrais donner est d'être bien dans ses baskets. Chacune gère sa vie comme il veut, mais j'essaye de véhiculer une attitude positive. J'apprécie davantage la compagnie de gens joyeux que de bougons.

Vous êtes heureuse aujourd'hui? (ndlr: sa séparation avec son mari, Christian Karembeu, vient d'être annoncée)
On peut dire oui. Mais je suis toujours sur la route de la recherche du bonheur. Comme tout le monde, en fait.

A propos de route, vous êtes toujours en déplacement. Vous vous reposez où?
Chez moi, à Monaco, c'est là où je reviens toujours et où je me ressource.