Sponsorisé

22. April 2019 00:00; Akt: 26.04.2019 10:02 Print

Un métier apprécié, malgré les difficultés

Quels sont les facteurs de stress pour les enseignants des écoles suisses et comment les parents peuvent-ils les aider? Voici quelques suggestions constructives.

Bildstrecke im Grossformat »

Fehler gesehen?

Les élèves difficiles, le rythme effréné, de nombreuses réformes scolaires et enfin les parents très exigeants ou au contraire complètement désintéressés poussent les enseignants à bout. Six cents enseignants de la 5e à la 9e des trois régions linguistiques de Suisse ont participé à un sondage représentatif. Résultat: un enseignant sur cinq se sent constamment surmené.

Sondage
Les enseignants sont-ils trop stressés à l’école?

Près d’un enseignant sur trois souffre au moins une fois par mois de troubles dépressifs et autant risquent un burn-out. Cependant, 9 enseignants sur 10 affirment prendre du plaisir à enseigner. Les parents peuvent aussi contribuer à améliorer le climat scolaire. Car malgré leurs différences, les parents et le corps enseignant poursuivent le même objectif fondamental: encourager le développement individuel de l’enfant. Voici donc à quoi pourrait ressembler une liste de souhaits des enseignants destinée aux parents de leurs élèves:

1. Le matin...

C’est avec plaisir que nous accueillons vos enfants le matin, ponctuels, habillés de manière appropriée et surtout bien reposés. Si les enfants passent la moitié de la nuit à regarder Netflix ou à traîner dehors, ils sont fatigués le matin et ne peuvent pas être efficaces en cours. Veillez donc à ce que votre enfant, quel que soit son âge, dorme suffisamment.

2. Contact avec les parents I

Il est primordial que vous, parents, vous intéressiez à la réussite scolaire de votre enfant. Et il est tout à fait normal de vouloir le meilleur pour lui. Mais il est possible que cela soit parfois exagéré. Si vous menacez constamment de faire appel à la commission scolaire ou à un avocat, si vous intervenez dans les leçons et voulez faire réévaluer chaque contrôle, cela devient agaçant et prend beaucoup de temps. Au final, en tant que parent, il faut aussi savoir être honnête: tous les enfants ne sont pas des génies!

3. Contact avec les parents II

Malheureusement, on rencontre aussi le cas de figure contraire: des parents qui délaissent complètement leur enfant et ne s’intéressent pas à sa réussite à l’école. L’échange avec les parents est essentiel. Cela vous permet de savoir ce qui se passe dans l’école et avec votre enfant, et de prendre connaissance des problèmes éventuels. Un dialogue constructif entre les parents et l’école contribue également à la réussite scolaire.

4. Devoirs

Un peu de soutien et d’encouragement lors des devoirs est bénéfique mais ne faites pas les devoirs de votre enfant à sa place, cela ne le fera pas progresser. S’il est submergé par les devoirs, n’hésitez pas à venir en parler avec nous.

5. Contrôles

Pour la majorité des enfants, les contrôles sont synonymes de stress – et vous y êtes aussi pour quelque chose. L’énorme pression qu’ils subissent pour satisfaire vos attentes est contre-productif. Donc, chers parents, essayez de relâcher un peu. Félicitez votre enfant lorsqu’il s’en est bien sorti. Dans le cas contraire, encouragez-le – cela l’aidera beaucoup plus que si vous le blâmez ou le punissez.

6. Comportement

En tant que parents, c’est à vous d’inculquer la politesse et les bonnes manières à votre enfant. Nous ne devrions pas avoir à réclamer aux enfants des mots comme «s’il vous plaît», «merci» et «pardon», ils devraient être automatiques. Cela vaut également pour l’honnêteté et le respect vis-à-vis des enseignants, et pour l’équité et l’empathie envers leurs camarades. Et il va de soi qu’ils ne devraient pas se curer le nez pendant les cours ou jeter leurs déchets par terre...

7. Reconnaissance

Nous, enseignants, sommes des professionnels de la pédagogie et les parents peuvent compter sur nous pour donner le meilleur de nous-mêmes. Nous vous serions donc très reconnaissants d’apprécier notre engagement à sa juste valeur. Enfin, il est dans l’intérêt de votre enfant que nous ne travaillions pas les uns contre les autres, mais les uns avec les autres.