Phénomène

19 mai 2011 07:00; Act: 18.05.2011 18:42 Print

Chanter en choeur avec la série «Glee»

par Sandra Imsand - Grâce à la comédie musicale américaine, le monde entier se rue dans les chorales. Qu’en est-il en Suisse romande?

storybild

Dans la production télévisuelle, dont la 1e saison a été diffusée cette année sur la TSR, la cheffe des majorettes (à dr.) souhaite la dissolution de la chorale de Matthew Morrison (au centre, en bleu). (Photo: dr)

Une faute?

«Je suis vraiment surpris par l’ampleur de l’effet «Glee». Des jeunes me disent régulièrement qu’ils ont créé une chorale dans leur école.» Celui qui tient ces propos, c’est Matthew Morrison, qui interprète le rôle du professeur de chant dans la série télévisée. Piqûre de rappel pour ceux qui n’auraient jamais entendu parler de ce phénomène. «Glee» narre les aventures d’une chorale d’école (un «glee club», en anglais) composée de parias. Grâce à leurs interprétations de chansons pop modernes (Lady Gaga, Beyoncé, Coldplay), les rejetés finissent par se faire accepter. Et par séduire. Même Oprah Winfrey, Robert De Niro ou encore Barack Obama sont accros.

Dans les pays anglophones, la diffusion de la série a créé un véritable «effet Glee» pour les chorales. «C’est à nouveau cool de chanter», relève ainsi un journaliste de CBS. Aux Etats-Unis, au Canada et même en Angleterre, les «glee clubs» fleurissent de toute part.

Le raz-de-marée est-il arrivé jusqu’en Suisse romande? Il semblerait que non. Claude Maumary, président de l’Union des chanteurs genevois, n’a pas constaté une hausse de fréquentation dans les chorales existantes. Même son de cloche dans le canton de Vaud. L’afflux serait pourtant bienvenu pour combler la carence des chœurs dans la catégorie 16-25 ans. «J’espère que cette série donnera l’envie aux jeunes de chanter et, qui sait, amènera une nouvelle manière de faire dans nos régions», rêve Nicolas Reymond, co-fondateur du chœur des jeunes de Lausanne.

Dans le sillage de la «Star Academy»

Tout comme le rap, «qui a donné aux garçons l’envie de chanter», selon Antoinette Herrmann, professeure de musique au Collège Rousseau, à Genève, les enseignants de chant ont constaté
il y a quelques années un effet «Star Academy», l’émission de télé-crochet de TF1. «Depuis la diffusion de ce concours, les élèves veulent chanter seuls devant un micro», explique Nicolas ­Reymond, chef de chœur dans
le canton de Vaud. Le revers de cette mode, c’est la course à la célébrité: «Les jeunes pensent qu’ils vont rapidement devenir ­riches et célèbres. Ils ne se ­rendent pas compte que la
musique, c’est du travail.»

Une tradition bien de chez nous

Loin du glamour et des chorégraphies de «Glee», le long-métrage de Christophe Barratier, «Les Choristes», avait rencontré un franc succès à sa sortie en 2003. «Ce film est beaucoup plus proche de la définition des chorales que nous avons dans nos régions. A sa sortie, beaucoup de vocations et de nouveaux chanteurs sont apparus», relève Nicolas Reymond, professeur de chant à Lausanne. La plupart des choeurs romands ont en effet un répertoire classique, populaire ou liturgique. «Il existe peu d’arrangements rock, explique le musicien. Il est très difficile de transposer une chanson prévue pour une voix seule à un chœur. Les effets sont souvent perdus.»

Un fort engouement

En Suisse romande, un fort pourcentage de la population chante. En effet, 33000 personnes sont inscrites au sein d’une chorale, ce qui correspond à environ 1,6% de la population, ou près d’un Romand sur 60. Parmi les cantons latins, c’est Vaud qui détient la palme, avec pas moins de 12000 chanteurs et chanteuses répartis dans 450 chœurs.

Il pleuvra des notes à la télévision

Devant le succès de «Glee», les autres chaînes se devaient de réagir. Une douzaine de projets musicaux sont annoncés pour les prochains mois. Petit tour d’horizon.
- Sur ABC, «Hallelujah», de Marc Cherry, créateur de «Desperate Housewives», avec Terry O’Quinn (Locke dans «Lost»). Dans une ville où sévissent les forces du mal, la chorale de gospel joue un rôle primordial...
- Steven Spielberg envahit la NBC avec sa série sur la création d’une comédie musicale sur Marilyn Monroe. Un budget colossal et un casting de stars: Debra Messing («Will & Grace») et Anjelica Huston.
- Bob Kushell («Samantha Who?») concocte une série fleur bleue pour ABC. Idina Menzel y campera une mère célibataire qui chante pour joindre les deux bouts.
- Pour les ados, Disney Channel surfe sur la vague «High School Musical» avec «Madison High», où des jeunes montent un spectacle dans leur école.

Des extraits de Glee:

Interprétation de «Teenage Dream» de Katy Perry:

«Forget you» de Cee-Lo avec Gwyneth Paltrow:

«Umbrella/Singin' In the Rain»: