Tradition

10 février 2019 17:15; Act: 10.02.2019 18:09 Print

Concours de pêche à l'ancienne au Cambodge

Pour célébrer la fin de la récolte du riz, des centaines de Cambodgiens tentent chaque année d'attraper du poisson en utilisant des outils traditionnels.

Sur ce sujet
Une faute?

Des centaines de personnes se jettent, des paniers en bambou et des filets en nylon à la main, dans les eaux troubles d'un lac. Chaque année dans cette province de l'est du Cambodge des villageois fêtent la fin de la récolte en pêchant avec les outils traditionnels.

«Depuis des générations»

Ils organisent cette compétition pour se détendre après des semaines de labeur mais aussi pour célébrer les esprits du village, dans ce pays majoritairement bouddhiste et où les influences animistes sont encore fortes. «Nous organisons cet événement depuis des générations», explique Uch Yoeun, le maire de Choam Krovean, un village situé à environ 250 kilomètres à l'est de la capitale Phnom Penh. Une seule règle s'applique, celle d'utiliser «uniquement les outils de pêche traditionnels», ajoute-t-il. Un mois avant le concours, l'accès au lac est fermé par les autorités locales afin de s'assurer que la pêche soit bonne le jour J. Mais, cette année, la journée s'est révélée décevante.

«De nos jours, les poissons sont petits et moins nombreux», soupire Chin Khoung, 50 ans, qui participait à l'événement. Environ 40% de la population dépend de la pêche pour vivre dans le royaume.

Pêche électrique

Mais les stocks ont diminué ces dernières années en raison des barrages hydroélectriques construits au Cambodge et dans les pays voisins, explique Om Savath, qui dirige la Fisheries Action Coalition Team (FACT), une ONG qui défend la gestion durable des ressources.

La pêche électrique, qui consiste à envoyer des décharges dans les sédiments pour en déloger les poissons, est aussi en cause, selon lui. Elle permet aux pêcheurs d'«attraper beaucoup de poissons en peu de temps, mais c'est désastreux sur le long terme», souligne Om Savath.

Dans l'ouest du Cambodge, le lac Tonlé Sap, plus grand lac d'eau douce d'Asie du Sud-Est qui compte près de 150 espèces de poissons et fait vivre plus d'un million de personnes, est lui aussi touché par la baisse des stocks.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.