Crowdfunding

14 juillet 2014 09:42; Act: 14.07.2014 17:18 Print

Coup de pouce demandé par les futurs mariés

par Audrey Ducommun - La mode du financement participatif gagne du terrain. Aux États-Unis, les fiancés y recourent pour se faire payer leurs noces.

storybild

Grâce aux dons d'inconnus, la location d'une voiture de rêve devient accessible. (Photo: AFP)

Une faute?

D’accord, c’est le plus beau jour de votre vie. Mais les frais d’organisation pour une noce inoubliable peuvent devenir exorbitants. Aux États-Unis, certains couples ont trouvé la parade. Ils présentent leur projet de «mariage de rêve» et leurs besoins sur un site de financement participatif. L’appel aux dons s’adresse à la famille, aux amis, mais aussi aux généreux internautes du monde entier. Et la pratique, qui fonctionne, est de plus en plus courante, soulignent ­plusieurs médias américains, dont CNN.

Certains tourtereaux font même appel aux futurs invités. «Nous demandons que les sous que vous souhaitez dépenser pour un cadeau soient plutôt versés pour nos frais de mariage. Aidez-nous un tout petit peu!» écrit Ashlyn Wal­ker, 21 ans. Il a lancé sa récolte de fonds en mai, sur la plateforme GoFundMe.

En Suisse, cette tendance n’est pas présente. Les proches mettent déjà la main à la poche pour la fête, au ­besoin. «Et les mariés demandent plutôt de l’argent pour financer leur voyage de noces», explique Anna Cecilia Lahore, organisatrice professionnelle vaudoise. Selon Marion Godof, wedding planner à Nyon (VD), le concept pourrait s’exporter, «mais il faudra avoir du cran pour oser». Ce type de demande n’est pas dans les mentalités. Les Américains dévoilent plus facilement leurs dépenses. «La notion d’argent est moins taboue», souligne-t-elle.

-----------------------------------------------------------------------------

Un nouvel engin à six roulettes débarque

Des rollers ré­volutionnaires vont bientôt débarquer sur nos trottoirs. Les RocketSkates ont fait l’objet d’une campagne sur le site Kick­Starter. Et l’engouement a été ­immédiat. En 24 heures, les 50 000 dollars nécessaires pour les produire ont été ré­coltés. Les dons dépassent désormais les 130 000 dollars. Lorsque l’on installe le dispositif à roulettes sur ses chaussures, les petits moteurs électriques intégrés sont prêts à s’enclencher. Il suffit de se pencher légèrement en avant pour accélérer et de basculer en arrière pour freiner ou pour s’arrêter.
L’utilisateur pourra atteindre une vitesse de 19 km/h. Cela nécessitera donc de la prudence et une bonne dose d’équilibre.

Une démo en vidéo: