Suisse

10 avril 2019 22:21; Act: 10.04.2019 22:25 Print

Les renards s'installent en ville...leurs parasites aussi

par Christine Talos - Les cas d'échinococcose se multiplient. Cette maladie due au développement dans le foie d'un ver présent chez le renard peut être mortelle pour l'homme.

storybild

De plus en plus de renards vivent en ville et peuvent infecter l'homme via leurs excréments. (Photo: Mauribo)

Une faute?

L'échinococcoseest une maladie qui peut être grave, voire mortelle si elle n'est pas traitée. Elle est provoquée par le développement, chez l'homme, de la larve du ténia échinocoque, un parasite présent chez les carnivores, en particulier les renards.

Ce petit ver se développe dans le foie et peut le détruire en une dizaine d'années. Si heureusement les cas sont encore plutôt rares, ils se multiplient pourtant de façon inquiétante en Suisse, selon le «Tages-Anzeiger» et le «Bund» mercredi.

Selon des chercheurs de l'Université de Zurich, la maladie a plus que doublé en Suisse depuis le début du millénaire. Ils se sont penchés sur les données entre 1956 et 2005 qu'ils ont analysées pour la revue spécialisée «Emerging Infectious Diseases». Ils estiment qu'entre 50 et 100 nouveaux cas sont enregistrés chaque année en Suisse. A l'hôpital de l'Île à Berne, on diagnostique même près de 10 fois plus de cas aujourd'hui qu'à la fin des années 90.

Les renards des villes en cause

Pourquoi cette maladie est-elle en hausse? Deux raisons sont avancées selon les experts. D'une part, les diagnostics se sont améliorés. D'autre part, le nombre de renards près des habitations a considérablement augmenté. Ainsi, à Zurich, on estime qu'un millier de ces carnivores ont colonisé la ville. Ils dorment sur des échafaudages, errent dans les rues et s'installent même dans des bâtiments.

Mais ce n'est pas le renard lui-même qui contamine l'homme. L'animal s'infeste en mangeant des rongeurs parasités. Le parasite émet ensuite des oeufs dans les selles du prédateur roux. Et au final, l'homme se contamine avec les baies sauvages non lavées et souillées par l'animal. On estime que 30 à 40% des renards sont infectés, principalement ceux qui vivent sur le Plateau suisse et dans le Jura.

Nombreuses inconnues

Mais les renards qui vivent dans les zones peuplées sont aussi de plus en plus contaminés, selon Peter Deplazes de l'Université de Zurich. Ce qui n'est pas surprenant, selon lui, puisqu'il y a maintenant dix fois plus de ces animaux dans les zones urbaines que dans les zones rurales.

Selon le chercheur, l'un des moyens de contrer le phénomène serait de poser des appâts vermifugés dans les villes. Mais le problème, c'est qu'on ne connaît toujours pas clairement quelles sont les voies de transmission les plus importantes pour l'homme. En outre, les médecins ne comprennent toujours pas pourquoi certaines personnes tombent gravement malades alors que d'autres ne développent aucun symptôme, même des années après l'infection.

(nxp)