légende

28 juillet 2010 22:33; Act: 28.07.2010 20:18 Print

Emmurée vivante, la belle rôde encore

par Emmanuel Coissy - Un noble, ivre de jalousie, aurait tué sa femme de manière cruelle. Depuis, un fantôme hanterait les lieux.

storybild

La victime serait morte de faim sous la tourelle. (Photo: e.coissy)

Une faute?

Le château de Vessy, sis sur la commune de Veyrier, appartenait aux seigneurs de Blonay, une illustre famille aristocratique de Suisse. Aymon de Blonay doutait de la fidélité de son épouse. En colère, il l’enferma dans un réduit au bas de la tour du château. La porte fut condamnée et, malgré ses cris, la châtelaine mourut en quelques jours sans recevoir les saints sacrements. Depuis, lors des nuits orageuses, on peut apercevoir le fantôme de la défunte mêler ses hurlements au sifflement du vent.

Cette histoire est narrée par Jean-Claude Mayor dans «Contes et légendes de Genève». En consultant les annales des Blonay, on découvre que la demeure a été acquise en 1779 par François de Blonay. Point d’Aymon à l’horizon dans sa descendance mais deux Ennemond, son petit-fils et arrière-petit-fils, qui vécurent au XVIIIe siècle. L’un deux serait-il notre meurtrier jaloux?

«Si une telle affaire s’était produite à cette époque, elle aurait été sue et il y aurait eu des suites judiciaires. Il s’agit d’une fable», explique l’historien Bernard Lescaze. Le réduit où aurait péri la Dame a été découvert lors d’une récente réfection. Donc libre à vous d’y aller par une nuit d’orage pour voir si un spectre jaillit de la tourelle carrée.

Une promenade au fil de la rivière

La région s’étire du mont Salève aux abords de l’Arve. De nombreuses balades sont possibles à proximité de la grande rivière genevoise. On part du pont de Sierne pour le stade du Bout-du-Monde en passant par Vessy. Là, s’offrent à vous une riante campagne et des sportifs tous azimuts. On traverse des bois bien entretenus où les campeurs grillent des saucisses. L’excursion dure environ une heure et demie. Une autre escapade: après avoir admiré la vue au sommet du Salève, qu’on rejoint en téléphérique, on redescend pour traverser le village de Veyrier. On coupe à travers champs et vignes en direction de Conches. Là, on se repose dans le sublime parc de l’annexe du Musée d’ethnographie.