Etats-Unis

01 juillet 2014 09:30; Act: 01.07.2014 10:01 Print

L'Oréal obligé d'arrêter ses pubs mensongères

Vendre le rêve d'une peau éternellement jeune est un business. Or aux USA les autorités le considèrent comme une arnaque. Le numéro un mondial de la cosmétique en a fait les frais.

storybild

Le commerce de crèmes antirides cible aussi les femmes dès la vingtaine. (Photo: AFP)

Une faute?

Le fabricant français de cosmétiques L'Oréal ne pourra plus revendiquer les propriétés antivieillissement de certains de ses produits haut de gamme de soin de la peau, aux termes d'un accord signé avec les autorités américaines. Le compromis atteint avec la Commission fédérale du Commerce (FTC), la principale autorité américaine de la concurrence, permet au groupe d'éviter des poursuites pour publicité mensongère. La FTC reprochait au groupe de promouvoir ses gammes pour la peau Lancôme Génifique et L'Oréal Paris Youth Code, en mettant en avant des propriétés antivieillissement «scientifiquement prouvées».

Les publicités du numéro un mondial des cosmétiques affirmaient que la stimulation des gènes de ses clients déclenchée par ses produits garantissait «une peau visiblement plus jeune en juste sept jours». «Ce serait bien si les cosmétiques pouvaient modifier nos gènes et nous faire remonter le temps. Mais L'Oréal n'a pu étayer ce qu'il affirmait», a relevé Jessica Rich, une des responsables de la FTC, citée dans un communiqué mis en ligne lundi soir sur le site de l'agence. La FTC relève dans son texte que la gamme Génifique peut être vendue jusqu'à 132 dollars (117 fr.) le flacon dans les corners Lancôme des grands magasins américains. La gamme Youth Code est pour sa part commercialisée autour de 25 dollars (22 fr.) le flacon.

De son côté, L'Oréal a fait valoir que la FTC ne contestait qu'un nombre «limité» d'arguments qui «ne sont plus utilisés depuis quelque temps déjà» par le groupe. «La sûreté, la qualité et l'efficacité des produits de la compagnie n'ont jamais été mis en doute», a souligné l'entreprise dans un courriel à l'AFP.

(afp)