Beauté

07 février 2011 07:00; Act: 07.02.2011 11:27 Print

L’industrie cosmétique vise les fillettes

par Caroline Goldschmid - Une nouvelle ligne de maquillage cible les 8-12 ans avec des produits exfoliants et anti-rides. Effrayant?

storybild

Les «tweens» ou pré-ados sont la nouvelle cible des marques de cosmétiques. (Photo: AFP)

Une faute?

Elle s’appelle geoGIRL et elle sera lancée aux Etats-Unis à la fin du mois par la chaîne de grands magasins Walmart. Cette ligne de cosmétiques est destinée aux fillettes de 8 à 12 ans. Fond de teint, mascara, rouges à lèvres, fards à paupières ou encore nettoyants exfoliants: la promo table sur le côté écolo et naturel, sans paraben, sulfates, ni colorants, «pour apprendre à la nouvelle génération à respecter l’environnement». Mais pas seulement: GeoGIRL se veut une marque de produits anti-âge et anti-oxydants!

Sondage
A quel âge faut-il commencer à se maquiller?
53 %
25 %
19 %
3 %
906 participants

Le marché du maquillage pour pré-ado représentant plus de 25 millions de francs par année, on comprend bien l’intérêt à lancer une telle gamme. D’autant que se farder, pour faire comme les grandes, les fillettes vont forcément trouver ça génial. Mais les réactions ne se sont pas fait attendre: la marque est sous le feu de la critique. Nombreux sont les parents à s’interroger sur les risques.

Pour Eva Saro, responsable de projet à la Fondation Images et Société à Genève, en se maquillant dès l’âge de 8 ans, une fille «ne sera jamais contente de ce qu’elle a et ne se sentira jamais bien telle qu’elle est». Pour éviter cela, l’animatrice d’ateliers pour parents et enfants suggère de «sortir des rôles stéréotypés attribués aux hommes et aux femmes, discuter et montrer d’autres modèles que les stars de cinéma et de la chanson à ses enfants».

«Ce phénomène est un feu de paille»

Du côté des parents, la problématique du maquillage chez les pré­ados ne semble pas faire partie des préoccupations actuelles.
«Je n’ai eu aucun écho à ce sujet dernièrement, affirme Sylvie Pittet Blanchette, secrétaire générale
de la section vaudoise de l’Association des parents d’élèves.
De toute manière, la façon dont
les parents éduquent leur fille
au sujet du maquillage relève de
la sphère privée.» Si elle estime qu’il faut «leur laisser le temps de grandir», la secrétaire générale est persuadée que la crainte autour du maquillage chez les fillettes est un «feu de paille». «Souvenez-vous du scandale qu’avaient provoqué les strings qui dépassent du jean: aujourd’hui, on n’en parle déjà presque plus!»


L'avis de la psy

Proposer des cosmétiques anti-âge à des enfants de 8 ans est un «paradoxe social», selon le Dr Elena Perez-Crim. «On ne veut pas que les effets de l’âge se voient et, en même temps, on prend l’enfant pour un adulte», remarque la médecin adjointe à l’Office médico-pédagogique de Genève. Quels sont les risques pour une fil­lette qui se maquille trop tôt? «Cela empêche l’enfant de f­aire son travail de maturation à son rythme. Il peut être confronté à des expériences pour lesquelles il n’est pas prêt, comme supporter le regard des autres, et cela peut s’avérer trop intimidant puis entraîner un malaise préjudiciable pour son développement, répond la spécialiste. C’est pour cela que jusqu’à 13-14 ans, je pense qu’une fille ne doit se maquiller – et très légèrement – que pour des occasions comme les anniversaires ou les boums.»