drogue

03 décembre 2008 22:45; Act: 03.12.2008 22:17 Print

La police pourra espionner les drogués grâce aux WC

Analyser la consommation de stupéfiants est possible grâce aux eaux usées.

Une faute?

Comment connaître la consommation de drogues des individus? C’est difficile. Les données sont incomplètes en raison du caractère illicite et secret de cette consommation. Les statistiques policières ou médicales n’offrent qu’un tableau très partiel de la situation. Cette lacune pourrait bientôt être comblée.

Des scientifiques européens veulent détecter les consommateurs de stupéfiants grâce aux égouts, en analysant les résidus de substances psychotropes dans les eaux usées. Ces dernières années, les scientifiques ont développé diverses méthodes pour mesurer la consommation de drogue. En 2006, une étude de l’ONU avait ainsi conclu que Saint-Moritz était la ville de Suisse où l’on consommait le plus de cocaïne, devant Zurich.

Cette méthode pourrait déboucher sur un index de la consommation de drogues. Elle permettrait aussi de déployer des politiques sanitaires et des mesures judiciaires. Selon une étude à Milan, la consommation de coke augmente à partir du jeudi et culmine le samedi.

Mais ces informations sont trop générales. Pour affiner leurs résultats, les chercheurs devront mieux connaître les flux d’urine à travers les canalisations. Cela pose néanmoins la question de la protection de la sphère privée? Analyser les eaux usées permet en effet de récolter des informations sur l’état de santé de chacun.

(ats/gim/gma)