Week-end

02 février 2011 07:00; Act: 02.02.2011 06:55 Print

Le dimanche veut-il notre peau?

par Catherine Muller - On adore le samedi, moins le septième jour de la semaine, porteur de déprime. Ouf! Il existe quelques parades!

storybild

Nombreux sont ceux qui traînent comme une âme en peine le dimanche, principalement à partir de la fin de l’après-midi. (Photo: AFP)

Une faute?

Le blues du dimanche, un syndrome qui ne concerne qu’une franche marginale d’entre nous? Détrompez-vous! Pour s’en convaincre, il suffit d’aller sur la Toile. Tapez «déprime» et «dimanche» sur votre moteur de recherche, et vous voilà face à une déferlante de messages plus sombres les uns que les autres, dénichés sur les blogs et autres forums. «Gros blues… Envie de rien faire et surtout de ne pas aller se coucher pour ne pas être demain matin», se lamente elodni. «Une petite déprime qui m’empêche de faire quoi que ce soit de constructif, je glande devant la TV et me traîne au lit vers les 2 h, soit bien trop tard!», renchérit marionfizz.

Sondage
Avez-vous souvent le cafard le dimanche?
28 %
32 %
27 %
13 %
2769 participants

Mais d’où vient cette aversion pour le dimanche (en particulier le soir)? Certainement en partie de notre enfance. On garde tous en mémoire l’angoisse du retour sur les bancs d’école qui coïncide avec la fin d’un week-end passé dans l’oisiveté et l’insouciance. Dans nos oreilles résonnent encore les «prépare déjà tes affaires», «as-tu terminé tes devoirs» et autre «va te coucher, demain tu te lèves tôt». Dans la sphère professionnelle, ce réflexe semble avoir la vie dure. A ne pas confondre avec un vrai mal-être professionnel (voir en haut à droite). La meilleure des parades, pour contrer le blues? Plongez-vous dans un loisir épanouissant, voire valorisant. Une notion toutefois très variable en fonction des individus!

Chacun son petit plaisir pour tenter d'égailler la journée

COCOONING Rien que le terme fait déjà un bien fou à nos oreilles... Pourquoi ne pas s’offrir une journée complète axée sur notre bien-être? Un dimanche de cocooning idéal? Lorsqu’il fait gris et froid dehors (ça tombe bien, c’est de saison). Parmi les accessoires indispensables: une couverture bien chaude, un bouquin et quelques magazines. N’oubliez pas que cocooner peut aussi signifier se faire belle. Prendre un bain, bichonner ses pieds, offrir un masque purifiant à son visage, ou encore un soin hydratant à sa chevelure. Il est même permis de combiner!

JEUX DE SOCIETE Faire une activité qui sorte de l’ordinaire, voilà qui peut booster son dimanche. Le Café Saint Pierre, à Lausanne, propose à ses clients (de 18 h à 22 h) un plat de pâtes ou des tapas, combinés à des jeux de société. La clientèle type? Des jeunes gens, âgés entre 25 et 35 ans, qui viennent en groupe et profitent de redécouvrir des jeux de leur enfance, comme le mille bornes. Autre possibilité: se faire une soirée ciné-resto, comme s’il s’agissait du samedi soir. Du coup, on prolonge son week-end et on oublie de déprimer!

PROGRAMME TV
Passer votre journée devant le petit écran ne vous tente guère? Il existe pourtant une frange de téléspectateurs qui ne décolleraient leur nez du poste pour rien au monde ce jour là: les mordus de sport à la télé. Le dimanche est une vraie journée bennie. Celui qui vient de s’écouler s’est d’ailleurs montré particulièrement «généreux» en terme de retransmissions: ski alpin, tennis, patinage artistique, saut à skis, hippisme... Bref, une journée tout sauf cafardeuse pour les (vrais) sportifs de salon.