Beauté

11 juin 2012 13:58; Act: 11.06.2012 13:58 Print

Le terroir s'impose aussi en cosmétique

par Caroline Goldschmid - Des critères tels que la traçabilité et la production locale semblent avoir dépassé l'argument bio chez les consommatrices.

storybild

Le label bio sur les soins quotidiens du visage ne suffit plus. Les femmes veulent aussi un produit local, exempt d’agents conservateurs. (Photo: AFP)

Une faute?

«Les clientes se rendent compte que bio ne veut pas forcément dire naturel ni local, et que cette appellation est surtout un argument censé faire vendre, estime Mélina Neuhaus. La cofondatrice de l’agence de communication Elitia à Rolle, spécialisée dans le domaine de la beauté et du bien-être, est aussi consultante auprès d’esthéticiennes. Elle connaît donc bien les nouvelles exigences de la clientèle. «La demande pour des produits «Swiss made» de proximité, couplée à une formulation si possible 100% naturelle, explose, indique l’experte. Les consommatrices sont toujours plus nombreuses à se préoccuper de l’impact sur l’environnement. Les marques et les instituts de beauté se doivent donc d’avoir au moins une gamme naturelle dans leur assortiment.» Ce que de «petites» marques suisses ont compris (lire ci-dessous).

La tendance se remarque aussi en pharmacie. «Des arguments tels que sans parabène, sans conservateurs et sans tests sur les animaux ont bien plus d’impact que l’étiquette «bio», utilisée à tout-va par les grands distributeurs», explique Joël Horisberger, directeur des achats du groupe Capitole.

Fabien Guidoux a justement réussi à convaincre cette chaîne d’officines, ainsi que sa concurrente Sun Store. Sa marque Eve est distribuée depuis la fin de 2011. «En plus de proposer une gamme dont la traçabilité (n.d.l.r.: informations sur le produit, de l’origine à la distribution en passant par sa production) est transparente et qui est produite localement, c’était très important pour moi d’éviter l’huile de palme. Son exploitation provoque de très gros dégâts sur la nature», explique le concepteur d’Eve.


Bien-être à la mode valaisanne

La liste des caractéristiques des produits Eve est longue. Sans phtalates, sans parabènes, sans huiles minérales, sans huile de palme, non testés sur les animaux, 100% «Swiss made», éthiques et écologiques. Que reste-t-il alors? Des abricots cultivés en Valais! La philosophie de Fabien Guidoux, créateur de la marque? Ne pas nuire à l’environnement, en limitant les suremballages, en fabriquant des sachets en plastique biodégradables et en payant le supplément ProClimat de La Poste. La gamme comprend 6 soins. Des crèmes pour les mains (14 fr. 90) et les pieds (19 fr. 90), le soin douche exfoliant (19 fr. 90) et la lotion de corps (28 fr. 90). Le sérum anti-âge (54 fr.) et la crème pour le visage 24 heures (44 fr.), aux extraits d’abricots et d’edelweiss du Valais, sont disponibles chez Sun Store et Capitole et sur: www.valeve.ch


Tout le savoir-faire du Pays-d’Enhaut

L’ingrédient de base des produits Jardin des Monts? Des plantes cultivées à Rossinière (VD). Parmi elles, l’edelweiss, la mélisse, le souci (ou calendula) et l’impératoire. Une partie est séchée pour en faire des infusions et des cosmétiques; l’autre, fraîche, sert à fabriquer des sirops. Derrière la marque, lancée il y a trois ans, trois femmes: les deux créatrices, Charlotte Landolt et Laetitia Jacot, et Sandy Menoux, responsable de la promotion. Leur philosophie? La traçabilité des ingrédients, des matières premières végétales, des produits sans conservateurs et élaborés dans le respect de l’environnement. La gamme compte quatre soins: un baume lèvres Edelweiss (22 fr.), un baume mains Impératoire (35 fr.), une huile corporelle Mélisse (32 fr.) et un savon Calendula (13 fr.). Un produit de gom­mage Sapin blanc sortira dans environ deux semaines. Shop en ligne et points de vente: www.jardindesmonts.ch

Eau des Alpes

A la suite d’une maladie de la peau développée par leur fille de quelques mois, Philippe Jaczynski et son épouse, France Bourely, biologiste, ont mis au point des crèmes tolérées par les tout-petits. C’est ainsi qu’est née Alpaderm. Cette ligne de soins bio est fabriquée en grande partie en Valais avec une eau minérale naturelle captée à 1800 m. Les huiles d’onagre, de bourrache et de jojoba sont aussi utilisées. La philosophie? «Des soins biologiques et écologiques pour peaux fragiles, très riches en principes actifs.» La gamme comprend une quinzaine de produits, dont un cérat des Alpes (59 fr.), un spray solaire IP 30 (26 fr.) et un savon apaisant (6 fr. 90). Un shampoing à la saponine de noix indiennes complétera l’assortiment dès jeudi (18 fr.) Shop en ligne et points de vente sur: www.alpaderm.com

Au pied des glaciers

C’est entouré de dermatologues et de cosmétologues que François Fragnière a lancé Swissclinical en 2007. La philosophie? Transparence, respect du consommateur, conscience écologique et responsabilité sociale. Les produits 100% suisses sont à base d’extraits de plantes des Alpes et d’eau de source récoltée au pied des glaciers. Quatre gammes au choix: Med, Prime, Spa et Pure. Cette dernière est exempte d’allergènes et composée d’ingrédients 100% d’origine naturelle. Elle ne contient ni parabènes, ni huiles minérales, ni colorants. Parmi la vingtaine de produits: le lait corporel hydratant (39 fr.), l’émulsion matifiante (54 fr.) et le révélateur d’éclat (59 fr., photo ci-contre). Ils sont notamment en vente dans les pharmacies Capitole à Lausanne et Amavita à Genève. Shop en ligne et points de vente: www.swissclinical.com