Santé

25 juin 2019 15:20; Act: 25.06.2019 19:11 Print

Les enfants consomment beaucoup trop de sucre

Une étude de l'agence sanitaire française montre notamment que 75% des petits âgés de 4 à 7 ans absorbent beaucoup trop de sucre.

storybild

L'agence française recommande de limiter les boissons sucrées, jus de fruits compris, et les pâtisseries-biscuits-gâteaux, trop fréquents en particuler au goûter. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Gâteaux, biscuits, bonbons, sirop, sodas: les enfants dès 4 ans, et même avant, absorbent beaucoup trop de sucres, alerte l'agence sanitaire Anses qui dévoile mardi de nouveaux repères alimentaires.

«75 % des 4-7 ans, 60 % des 8-12 ans et 25 % des 13-17 ans» consomment trop de sucres. Ces apports excessifs sont «préoccupants» car c'est dans l'enfance et l'adolescence que s'acquièrent des bonnes ou mauvaises habitudes alimentaires qui risquent d'être conservées à l'âge adulte, et de favoriser l'obésité et le diabète.

Mais «attention certains produits trop sucrés pris hors du rayon bébé sont donnés dès le plus jeune âge, avant 4 ans», avertit la professeure Irène Margaritis cheffe de l'unité d'évaluation des risques liés à la nutrition de l'agence sanitaire. Elle déconseille, en outre, de se servir des sucreries comme récompense.

Jus de fruits critiqués aussi

L'Anses recommande de limiter les boissons sucrées, jus de fruits compris, et les pâtisseries-biscuits-gâteaux, trop fréquents en particuler au goûter. Des produits laitiers natures, des fruits frais, à coque (noix, amandes...) et de l'eau peuvent les remplacer avantageusement. Pour les jus de fruits, c'est «au maximum un verre par jour et pas tous les jours», dit la spécialiste.

Le fait maison permet de prendre conscience des quantités de sucre. Sinon, il convient de réduire les «sucres ajoutés» des produits industriels cachés dans les céréales du petit-déjeuner, les compotes et certains produits laitiers. Et méfiance: certains produits qui affichent «sans sucres ajoutés» contiennent en fait des ingrédients ajoutés naturellement sucrés - moût de raisin, extraits de jus de fruits concentré par exemple, et raisins secs - qui peuvent apporter au final plus de sucre qu'on ne l'imagine.

Nouveauté: la diversification alimentaire, étape de transition de l'alimentation lactée exclusive vers l'alimentation familiale se situe «entre 4 et 6 mois révolus», stipule l'Anses dans son avis sur les «0 à 3 ans». Avant, elle était souvent recommandée à partir de 6 mois. Il s'agit d'introduire des aliments solides de type purée en variant les goûts et les textures.

«période favorable»

Une fois que la diversification a commencé, l'introduction «sans tarder» d'allergènes (substances pouvant entraîner une allergie) comme de l'oeuf, de l'arachide (dans une forme adaptée évidemment, NDLR) et des produits laitiers «que l'enfant soit à risque d'allergie (du fait des antécédents dans sa famille) ou non» est à présent recommandé.

Les nouveaux aliments doivent être présentés plusieurs fois à l'enfant, au moins huit fois, avant d'abandonner en variant les goûts et les textures en bouche. Bon à savoir: la «période favorable» pour faire découvrir à l'enfant un maximum d'aliments est comprise entre 5 à 18-24 mois. Car à partir de deux ans se manifeste la «néophobie alimentaire»: l'enfant accepte moins certains aliments nouveaux, en rejette d'autres et même parfois ceux qu'il mangeait avant.

«Le comportement des parents joue un rôle très important sur le comportement alimentaire présent et futur de l'enfant», insiste Mme Margaritis. L'enfant observe ce que mangent les autres et les parents peuvent l'encourager à goûter sans forcer. Les sources de distraction qui détourne l'enfant de son assiette, comme la télévision, les portables ou les tablettes dans les mains des parents voire du tout-petit lui-même, sont à exclure, relève-t-elle.

Selon une étude récente, la télévision fonctionne généralement pendant les repas chez 47% des enfants de deux ans. L'allaitement maternel semble favoriser la diversification, les flaveurs du lait de la mère variant selon ce qu'elle mange. «Pour le fromage cru, le risque est moindre à partir de cinq ans», estime l'Anses. Il est donc «à éviter» pour les «0 à 5 ans». L'Anses publie deux autres avis concernant les femmes enceintes ou allaitantes et les plus de 65 ans.

C'est la première fois que l'Anses publie les arguments scientifiques des repères pour ces groupes de populations. Ses expertises étaient auparavant, comme celle de 2004 pour les enfants, directement reformulés en recommandations et conseils pratiques dans des brochures du Programme national nutrition santé (PNNS).

(nxp/afp)

Les commentaires les plus populaires

  • Sarah Conor le 25.06.2019 17:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Mauvaise gestion

    Trop de laissé allé des parents ! Des légumes en plus, des gâteaux fait maison, moins de gras et de l'eau! c'est pourtant pas compliqué ! Manger ' bon' c est quelque chose qui s'apprend! Un enfant mange ce qu'on lui donne et non pas ce qu'il veut.

  • lulu le 25.06.2019 15:54 Report dénoncer ce commentaire

    Pas compliqué

    C'est aux parents de restreindre le sucre. Eviter d'acheter Coca thé froid etc.. Le problème il faut savoir dire NON à son enfant.

  • Sugar Ray Leonard le 25.06.2019 15:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Mortifère

    Poison autorisé par l'aval de notre chef du département de la santé publique. "Hooo je ne pense pas qu'il faille réguler, vous savez je suis de ceux qui croient en l'autorégulation!" Bien cela reste à prouver si un enfant comprend le fait que cela est mauvais pour sa santé, surtout que bien souvent ces sucres sont issus de procédés plus que douteux dans le sens où ils ne sont pas naturels. Pour mémoire le sucre est placé sur la liste de l'OMS comme un étant dangereux pour la santé.

Les derniers commentaires

  • roliptitcoeur le 07.07.2019 20:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Apporter dès solution pas juste des remarques acca

    Beaucoup de blabla mais peut de vrais solutions Et si ont interdisait tous simplement la vente de tous ses produits trois sucrés le problème ne se poserait plus

  • Mind le 26.06.2019 16:38 Report dénoncer ce commentaire

    Travail pour la malbouffe

    Je commencerais à manger sainement quand mon travail me demandera d'être moins présent pour lui. Une économie saine passe par des gens comme moi qui arrive à la maison souvent après 18h30 sont crever du fait de la décharge emotionnelle qui y réside dans ces grandes multinationales. Je n'ai qu'une envie, manger au resto ou repas déjà préparé quand je sais que ma fille va de tous façon quasi rien manger de son assiette de légume. Ce n'est pas qu'une question d'éducation mais aussi d'avoir du temps pour le faire. Le monde du travail à totalement changer, mes habitudes alimentaires aussi.

    • Geoffrey_ le 03.07.2019 10:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Mind

      A toi de pas te laisser bouffer

  • Laurent Doutaz le 26.06.2019 14:34 Report dénoncer ce commentaire

    Prot

    Il ne faut pas oublier le sucre contenu dans les céréales, les pâtes, le pain blanc. Les enfants ne mangent pas assez de protéines.

  • Je dis rien le 26.06.2019 06:42 Report dénoncer ce commentaire

    Je dis ça

    N'oubliez pas que les lobbyistes de la malbouf sont extrêmement puissants a Berne, comme les petroliers. Aucune loi fédérale ne seront promulguees tant que ces petits politiciens corrompus seront en place. Allez voter et votez juste.

  • Je dis ça le 26.06.2019 06:19 Report dénoncer ce commentaire

    Je dis rien

    Quand vous avez des émissions de télé sur l'école hôtelière de Lausanne, école qui prône l'excellence et forme les futurs cuisiniers et hôtelier SPONSORSEE par une société active dans la mal bouffe, c'est bête, ridicule et inacceptable de la part de cette école. Pas étonnant delors de retrouver cette cuisine micro ondes dans la plupart des restaurants. A Paris, temple soi-disant de la cuisine, 2 restaurant sur 3 ne font plus la cuisine. Les enfants préfère la purée industrielle truffée de saloperie à celle faite maison. Alors.