légende

21 juillet 2010 22:33; Act: 21.07.2010 20:14 Print

Leysin croit aux fées et les célèbre

par Caroline Goldschmid - Le conte de Nérine et du berger Michel hante encore le village vaudois.

storybild

L’entrée de la grotte du Chevrier. (Photo: cgo)

Une faute?

Pour découvrir les grottes où logeaient autrefois les fées d’Aï, il faut s’accrocher... au sens propre! Perchées au-dessus de Leysin, à plus de 1700 m d’altitude, elles se réservent aux bons marcheurs et aux adeptes de grimpe.

Des quatre grottes de la région, deux sont concernées par la légende: ­celle d’Aï et celle du Chevrier. C’est cette dernière que nous avons visitée. Un tout petit chemin pédestre mène les randonneurs des Fers à Mayen. Dès le Brion (où l’on peut apercevoir des marmottes), le sentier n’est pas balisé. Il faudra donc chercher la caverne cachée! Et s’agripper comme on peut pour éviter de glisser... L’entrée est étroite et basse sur les premiers mètres. Puis, selon un connaisseur des lieux, elle s’enfonce en pente avec un dénivelé négatif de 1000 m. Il est déconseillé de s’y aventurer sans un guide ni matériel adéquat.

Que dit la légende? Parmi les bonnes fées d’Aï, qui vivaient dans ces grottes et qui veillaient sur les troupeaux, Nérine, la plus jeune, est restée dans les mémoires des Leysenouds. La pétillante brune était amoureuse du berger Michel Orsinier. Mais la beauté, la force et la carrure du pâtre plaisaient à toutes les filles du village. Notamment à Salomé, une blonde au teint de lait. Malgré de nombreuses tentatives d’entraîner Michel dans son ­monde magique en le couvrant de cadeaux, Nérine a vu son amour déçu. Michel a choisi Salomé pour partager sa vie de mortel.

Depuis, Leysin célèbre la «Nuit des fées». Cette année, elle aura lieu les 21 et 22 août. Stands, musique, spectacles et cortèges sont au programme.

A chaque grimpeur la bonne grotte

Afin de profiter de la fraîcheur qu’offrent les grottes, il faudra suer d’abord et partir bien équipé (chaussures de marche, bâtons et lampe frontale). Mais attention: même la grotte la plus accessible, celle de la Cathédrale, non loin des Fers en direction du Famelon, est réservée aux bons marcheurs. La pente est raide et les trous nombreux: il faut être attentif. Oubliez les grottes de la Lunette et d’Aï, réservées aux varappeurs. Cette der­nière, dont la cotation de la pente est 7a, est logée entre les tours d’Aï et de Mayen.

Se faire accompagner: bureau des guides de Leysin, tél. 024 494 18 46.