Snif

23 juin 2011 16:54; Act: 23.06.2011 16:55 Print

Pleurer au travail peut mener au succès

Une étude menée sur 700 Américains montrerait que les larmes ne sont pas synonyme de suicide professionnel. Bien au contraire.,,

storybild

Des larmes? Pas forcément une mauvaise chose...

Une faute?

Mesdames, pas la peine de retenir vos larmes au travail. Selon le livre «It's always personal: Emotion in the new workplace», les femmes peuvent avoir plus de succès dans leur carrière si elle assument leur douceur et leur féminité au lieu de vouloir «jouer» à l'homme.

La journaliste Anne Kreamer a interrogés plus de 700 Américains et il en est ressorti que les femmes pleurent plus souvent sur leur lieu de travail que les hommes. 41% contre 9% pour être précis.Mais, paradoxalement, ce sont aussi elles qui sont les plus critiques face aux larmes sur le lieu de travail, relève la fondatrice de «Spy magazine». «Malgré tous les avantages des larmes, notre culture garde une attitude négative par rapport à ces personnes qui pleurent», explique-t-elle.

Des canaux lacrymaux plus petits

L'étude a également démontré que des travailleurs de tous les niveaux ont un jour laissé transparaître leurs émotions. Des employés tout en bas de l'échelle ainsi que des top managers ont pleuré à leur travail Les pleurs ne sont pas un souci. Ce sont les retombées émotionnelles qui suivent, comme la culpabilité, l'embarras et la honte, qui peuvent avoir plus d'impact sur le travail.

Les larmes plus fréquentes chez les femmes sont un signe d'émotivité accrue. Mais pas seulement. Un facteur physiologique serait également en cause. Les canaux lacrymaux des femmes sont plus petits. Du coup, en réponse à une même situation, les femmes peuvent se laisser déborder tandis que les larmes, chez les hommes, ne remplissent pas totalement leurs conduits.

Pour gérer plus calmement l'arrivée imminentes de larmes, Anne Kreamer conseille de se bâtir une ligne de conduite émotionnelle. Par exemple, écrire ses émotions. Respirer profondément pour éviter la crise. Manger (un taux de glycémie bas peut influencer la maîtrise de soi). Trouver une personne de confiance à qui se confier.

(sim)