Santé

23 juillet 2018 11:48; Act: 23.07.2018 12:23 Print

Sida: infections en baisse, mais le pire est à craindre

Le nombre des infections enregistre une baisse record. Mais à la Conférence internationale sur le sida, la crainte d'une recrudescence est vive.

storybild

Sculpture de l'artiste indien, Sudersan Pattnaik, invitant à en finir avec les ravages du virus du sida. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Plus d'argent, de prévention et moins de répression des populations à risque: ces messages sont martelés depuis lundi à Amsterdam à la Conférence internationale sur le sida, pour éviter un rebond de cette épidémie qui a fait 35 millions de morts.

Des célébrités comme le prince Harry, l'actrice Charlize Theron ou le chanteur Elton John - ainsi que 15'000 experts et militants - étaient attendus de lundi à vendredi à cette grand-messe, qui a lieu tous les deux ans.

Aujourd'hui, 36,9 millions de personnes vivent avec le virus VIH, en espérant qu'il ne s'aggrave pas en sida. Près de trois sur cinq prennent des traitements antirétroviraux pour l'éviter, la plus haute proportion jamais atteinte. Le nombre d'infections baisse et pour la première fois depuis le début du siècle, le total de morts annuel est passé sous un million en 2016 (990'000) puis 2017 (940'000).

Relâchement dans la prévention

Mais paradoxalement, ces progrès entraînent un relâchement dans la prévention qui, conjugué à une baisse des financements internationaux, fait craindre un rebond de l'épidémie.

«La dernière fois que je me suis exprimé ici, en 1992, je n'aurais jamais pensé que j'y reviendrais 26 ans plus tard, vivant et en bonne santé», a lancé David Barr, un militant américain séropositif, lors d'un colloque organisé à la veille de la Conférence. Mais ce succès est «incroyablement fragile», a-t-il prévenu, en craignant qu'on revienne à «l'horreur de 1992», avec une flambée des infections et des décès.

Au premier rang des préoccupations: la question du financement. «Nous allons avoir des problèmes si nous n'avons pas davantage d'argent», a assuré dimanche le chercheur américain Mark Dybul, ancien dirigeant du Fonds mondial de lutte contre le sida. Le pire scénario selon lui: que le manque de financement s'ajoute à une explosion des nouvelles infections à cause de la démographie galopante dans certains pays durement touchés, particulièrement en Afrique.

«Mélangez ces deux éléments et vous aboutirez à une crise majeure», a-t-il mis en garde, en craignant que «le monde ne perde le contrôle de l'épidémie».

Coupes budgétaires

L'an dernier, 20,6 milliards d'euros étaient consacrés à des programmes de lutte contre le sida dans les pays à faible et moyen revenu, qui en financent eux-mêmes 56%, selon l'Onusida. Mais l'instance de lutte contre le sida de l'ONU estime qu'il manque 7 milliards de dollars par an pour que cette maladie ne soit plus une menace pour la santé publique mondiale en 2030.

La communauté des chercheurs et des associations craint surtout une baisse des dotations américaines. Depuis l'élection de Donald Trump, les Etats-Unis, le premier contributeur historique de la lutte contre le sida, ont prévu des coupes budgétaires, qui n'ont pour l'heure pas été concrétisées.

Fortes disparités

Sur le front de l'épidémie, si la situation s'améliore globalement dans le monde, cela cache de fortes disparités. Les infections sont en hausse dans une cinquantaine de pays, faute de prévention ou à cause de législations répressives contre des populations à risque (homosexuels, toxicomanes).

C'est pourquoi les associations pressent les responsables politiques internationaux de cesser de réprimer la toxicomanie et de privilégier les programmes de réduction des risques (mise à disposition de seringues stériles, salles de consommation...). «Dites non à la guerre contre les drogues», plaide Coalition PLUS, un regroupement d'associations, dans une campagne qui détourne un célèbre slogan antidrogue américain des années 80.

Elle s'intitule «Just say no to the war on drugs», en référence au «Just say no» («Dites non» à la drogue) de l'administration Reagan. La guerre contre les drogues est «la meilleure alliée des épidémies de VIH et d'hépatites virales» et «a conduit à une véritable catastrophe sanitaire», accuse Coalition PLUS.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Florence le 23.07.2018 13:30 Report dénoncer ce commentaire

    Faire mieux

    Je comprend les progrès fait pour préventions et traitements mais ou je ne comprend pas est lindifférence contre les personnes inconscientes. Comment c'est possible qu'on puissent mettre des annonces gratuites qui proposent des relations sans protection par des femmes au foyer qui arrondissent leur fins de mois? Des dizaines d'annonces tout les jours et on laisse faire..

  • Karl os le 23.07.2018 16:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ouao

    Pourquoi ne dit on jamais que la population gay est beaucoup plus touchée que les autres? Gaypride?

  • Sanjuba le 23.07.2018 15:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    VÉRITÉ

    Le jour où on saura vraiment d'où est sorti ce virus....on fera moins les malins....

Les derniers commentaires

  • qwerty le 23.07.2018 21:46 Report dénoncer ce commentaire

    ben voyons

    Disons qu'il y en a surtout dans le milieu associatif qui ont peur de se retouver au chômage...Tout le monde sait ce qu'est le Sida aujourd'hui, même au fin fond de l'afrique...

    • Trotro le 24.07.2018 11:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @qwerty

      C'est faux. Les messages de prévention doivent être sans cesse répétés face au jemenfoutisme et à l'obscurantisme qui conduisent certains à remettre en cause la vaccination ou à croire que la terre est plate. Quant au fin fond de l'Afrique, vas-y voir, si tout le monde est au courant...

    • Je ne sais pas le 24.07.2018 22:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @qwerty

      je ne sais pas ce que c'est le sida.... on parle d'un virus qui n'a jamais pu être isolé d'un malade! et cela est dit par un des plus grand virologue au monde et de nombreux scientifiques. Donc c'est quoi?

  • Sexe!!! le 23.07.2018 17:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et un peu de tourisme

    Je pars en Thaïlande 3 semaines, j'ai pris avec moi une armée de capotes, j'espère que ça suffira ;-)

    • Jean Pierre le 23.07.2018 18:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Sexe!!!

      Pas besoin d'aller si loin pour attraper une MST....allez faire un dépistage plutôt !!

    • Drzz le 23.07.2018 19:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Sexe!!!

      Ils en vendent aussi là bas

    • no-sex le 23.07.2018 22:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Sexe!!!

      Abstinence = ~0 risque et les petites thaïs ont la facheuse tendance à mettre le grapin sur un mec qui va là-bas pour se défouler ...

    • Jean Rage le 24.07.2018 09:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Jean Pierre

      Le dépistage comme prévention ? Ben voyons !

    • Didier le 24.07.2018 10:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Sexe!!!

      Faut pas être hypocrite! tu en vois beaucoup de Suisse qui font avec capote en Thaïlande? J'y suis 2 mois par année et je peux confirmer que le 80% fait nature. D'ailleurs toutes les vidéos amateurs que les touristes font et publient sur des site porno le prouvent.

  • BégonH le 23.07.2018 16:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Mince alors

    Alors on est en train de perdre un moyen de régulation de notre surpopulation qui nous mène à notre perte et la planète avec ? C est bien dommage. Mais chuuut, c est politiquement très incorrect de dire la vérité.

    • Drzz le 23.07.2018 19:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @BégonH

      Réunir toute la population mondiale occuperait une superficie d'environ trois fois la surface de lac Leman. C'est à dire pas grand chose à l'échelle de la planète.

    • Sanjuba le 23.07.2018 19:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @BégonH

      Rassure-toi on ne va pas le perdre ce moyen....

    • Mike le 23.07.2018 21:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @BégonH

      Tellement vrai...

    • Toc Toc le 23.07.2018 23:27 Report dénoncer ce commentaire

      @Drzz

      Alors comment ça se fait qu'il est si difficile de trouver un logement s'il y a tellement de place libre ? Votre surface prétendument occupée par la population mondiale est vraiment fantaisiste.

    • Trotro le 24.07.2018 11:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Toc Toc

      Pas du tout. Si tu comptes 1m2 par personne, la population mondiale tient dans l'équivalent d'un petit département français. Fais le calcul, si ça t'amuse. Néanmoins, il est clair que la surpopulation est un problème, mais tous ceux qui prônent l'anéantissement de la moitié des habitants de notre planète sont les premiers à venir pleurnicher quand eux ou leurs gosses doivent attendre 10 minutes pour soigner un rhume aux urgences...

  • Logan le 23.07.2018 16:42 Report dénoncer ce commentaire

    Ou est le problème

    J'ai 15 ans et je ne comprends pas pourquoi on fait tout un cinéma pour cette maladie : une bonne tisane, 2 ou 3 jours au lit et hop : on est guéri, pas vrai ? Ou est le problème? On en parle comme s'il s'agissait d'une maladie mortelle !

    • Ouh laaaaa le 23.07.2018 18:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Logan

      Là, mis à part si vous êtes ironique, vous faites juste peur !!!! J'espère que vous parlez autour de vous ouvertement de votre point de vue...

  • Karl os le 23.07.2018 16:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ouao

    Pourquoi ne dit on jamais que la population gay est beaucoup plus touchée que les autres? Gaypride?

    • Jean Rage le 24.07.2018 09:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Karl os

      Parce quelle ne lest plus !