Salariés

17 juin 2011 08:29; Act: 17.06.2011 09:04 Print

Travailler en open space, un cauchemar ?

La concentration des employés serait réduite en espace ouvert d'après un sondage rendu public il y a peu. Inventé dans les années 50, cette configuration de bureau est parfois vivement critiquée.

storybild

Un bureau, configuré en Open Space, du géant américain Google, en Irlande. (Photo: Keystone)

Une faute?

Votre voisin de bureau tient à vous faire partager sa passion du poney, un autre a choisi une sonnerie de portable baptisée «Yodel», tandis qu'un troisième baisse le chauffage dès que vous avez le dos tourné: bienvenue dans le scénario noir du travail en open space (espace ouvert) !

Sondage
L'Open Space pour vous...
53 %
11 %
18 %
4 %
14 %
1982 participants

Inventé par deux consultants allemands, les frères Schnelle, à la fin des années 1950, l'open space - ou bureau paysager - n'a cessé de se répandre, mais sans toujours convaincre les salariés qui pointent des problèmes de bruit, de chauffage ou de concentration.

Selon Actineo, observatoire de la qualité de vie au bureau, 60% des salariés français ne travaillent plus aujourd'hui dans un bureau individuel et 14% sont dans des open space de plus de quatre personnes.

Selon un sondage rendu public fin mai par l'observatoire, si 83% des salariés en bureau individuel disent pouvoir se concentrer, ils ne sont plus que 51% en open space. La satisfaction évolue de façon parallèle, avec 90% de satisfaits en bureau individuel et seulement 63% en open space.

Il faudrait 15 m2

Odile Duchenne, directrice générale d'Actinéo souligne que «là où il y a une cristallisation, c'est sur de très mauvais open space qui ont été faits uniquement dans une logique économique». «A force de réduire sur tous les coûts, on en fait un espace infernal (...) finalement l'entreprise est perdante», a-t-elle expliqué à l'AFP.

Pour Mme Duchenne, «en dessous de 15 m2 par individu, on n'a plus cette notion d'espace vital», mais dans les faits, c'est plutôt 10 à 12 m2 et jusqu'à 7 ou 8 dans les cas extrêmes.

En l'absence d'obligation légale, l'Institut national de recherche et de sécurité (Inrs) préconise un minimum de 10 m2 par personne, pour un bureau individuel ou collectif.

Mais l'open space a aussi ses avantages, selon des experts qui mettent en avant la convivialité, le partage d'information, les gains d'espace et surtout de coût.

Elisabeth Pélegrin-Genel, architecte et psychologue du travail, estime qu'en plus de la «rationalisation des mètres carrés», l'open space a «un avantage énorme, c'est qu'il met tout le monde à peu près au même niveau d'information».

Ne pas voir celui d'en face

Et «le travail sur écran le rend de plus en plus supportable», parce qu'il «permet de ne pas voir celui d'en face» et qu'on y recrée sa «bulle privative».

Mais, dit-elle, «énormément de bureaux paysagers sont très mal faits», certains ayant «les gens qui arrivent dans le dos, qui lisent leur écran», un facteur «insupportable».

Elle souligne que depuis quelques temps, les entreprises créent de plus en en plus «des bulles, des aquariums, des cahutes», autant d'appellations désignant des espaces pour s'isoler.

Conformisme social

Reste que pour Thomas Zuber, co-auteur du livre à succès «L'Open Space m'a tuer» (Hachette, 2008), «l'open space fabrique énormément de conformisme social», car «tout le monde surveille tout le monde».

«Par exemple, si quelqu'un part à 18 heures, on lui dit «Ah, tu prends ton après-midi?» Donc les gens vont d'eux-mêmes rester tard», a expliqué ce trentenaire qui donne des cours à Sciences Po sur les méthodes de management.

Un consultant de 35 ans a confirmé «qu'il y a une sorte de pression du groupe sur l'assiduité, la performance, les tâches traitées. C'est un avantage pour le management qui peut du coup être réduit.»

Pour les désespérés de l'open space, certains ont inventé des parades comme des casques réducteurs de bruit, des filtres empêchant les badauds de voir le contenu de l'écran, ou préconisent de bâtir des piles de dossiers pour s'isoler. Sur internet, on trouve même ... des rétroviseurs pour écran.

(ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Eletro le 17.06.2011 17:04 Report dénoncer ce commentaire

    c'est comme ça

    Vous n'avez qu'à travailler dehors ou sur les chantiers, au moins vous aurez assez de place. ;)

  • Manon le 17.06.2011 11:48 Report dénoncer ce commentaire

    révoltée

    trevailler dans un OS, c'est une chose, mais encore qu'avec un puit de lumière, c'est une vraie galère! D'autant plus que la boîte possède de supers bureaux à l'étage, ils sont vides, mais ils ont décidé de pouvoir les louer. C'est dégu. comme ambiance, mais pas 1 min de plus qu turf. De + malade ou pas il faut venir, sinon la boîte sucre des jours de vacances.... et c'est ... une assurance

  • Dizuit le 17.06.2011 09:27 Report dénoncer ce commentaire

    Rien de neuf

    Ca fait un moment qu'on sait que les OS sont nuisibles, tu parles d'une nouveauté. Quant à ceux qui parlent de convivialité et le partage d'information, on voit bien qu'ils ne savent pas de quoi ils parlent. On aurait le même résultat avec une équipe de 4 personnes dans un bocal, le bruit ambiant des autres en moins! C'est toujours chouette les théories hadeuballes! Le seul avantage, oui, c'est le coût!

Les derniers commentaires

  • Marina.L le 18.06.2011 09:41 Report dénoncer ce commentaire

    les bureaux sont pas les seuls victimes

    Il n y pas que dans les bureaux qu'il a plus de place. Je connais quelqu'un qui travail dans une entreprise de manufacture ou auparavant ils avaient un très grand local et maintenant ils travaille tous dans un locale plus petit.

  • Manon le 18.06.2011 09:28 Report dénoncer ce commentaire

    Help!

    si seulement les patrons pouvaient lire tous ces messages, ils comprendraient leurs erreurs et certains prendraient des décisions POSITIVES pour leur personnel. On va à une totale dérive du travail

  • OP OP le 18.06.2011 07:06 Report dénoncer ce commentaire

    Mince alors

    Plus moyen de se gratter les burnes ou d'explorer son nez avec les doigts

  • Salome le 17.06.2011 18:22 Report dénoncer ce commentaire

    Open Space, le début du cauchemard!

    Ça a commencé avec l'open space, sans clim, rarement aérer, le club med des microbes la cacophonie en permanenceEnsuite on n'a perdu notre petit espace dans l'OP, on nous a donné une valise et on a commencé par devoir se chercher une place dans une aile du bâtiment, ensuite c'est passé à deux ailes du bâtiment, maintenant on doit se chercher une place sur plusieurs étagesbientôt on va devoir payer pour avoir une place! Je pourrais écrire des pages sur les "joies" de l'OP

  • Eletro le 17.06.2011 17:04 Report dénoncer ce commentaire

    c'est comme ça

    Vous n'avez qu'à travailler dehors ou sur les chantiers, au moins vous aurez assez de place. ;)

    • Electro le 17.06.2011 17:41 Report dénoncer ce commentaire

      mobing

      ce n'est pas qu'une question de place. lors de périodes de travail creuses, cette situation facilite vraiment le mobing. Surtout quand chef est dans la salle.

    • kalice le 18.06.2011 08:09 Report dénoncer ce commentaire

      sick manolo

      Encore un crétin qui reste persuadé que le travail en bureau est moins pénible que sur un chantier... Crétin est le mot, car s'il lisait la presse ou se frottait au reste de la société (hors chantier) il saurait que les burn-out et autres dépressions sont légions dans ces métiers au stress galopant et à la pression intenable. Qu'il essaie, pour voir... moi les chantiers j'ai donné, et franchement si j'pouvais j'y retournerais même en hiver sous la neige.

    • cécily le 08.07.2011 16:02 Report dénoncer ce commentaire

      Ouvrière?

      En effet Eletro, pour échapper aux open spaces j'ai abandonné la carrière d'employée et j'ai essayé des emplois d'ouvrière, mais je me suis faite engueuler tout le temps et virer de partout parce que "trop lente". Donc je ne sers à rien et je n'ai plus qu'à me suicider (z'inquiétez pas, j'aime trop la vie pour ça!) J'aime aussi trop la vie pour courber l'échine dans cette société de M...