Malbouffe

28 mars 2011 11:40; Act: 28.03.2011 13:31 Print

Un tiers des gens est «vulnérable» aux fast-food

Selon une récente étude, 33% de la population aurait tendance à se rendre plus facilement dans un fast-food, si de tels restaurants se trouvent à proximité de leur domicile.

storybild

Pour certaines personnes, il est impossible de résister à l'appel de la malbouffe. (photo: dr)

Une faute?

Selon cette étude réalisée par des chercheurs de l'Université McGill de Montréal, ceux qui cèdent le plus facilement aux sirènes des fast-food font partie de la catégorie de personnes qui répondent le plus fortement aux stimulis présents dans l'environnement, rapporte le journal La Presse.

«Il y a une réponse automatique du cerveau à l'exposition aux aliments, qui nous amène à vouloir en consommer», a déclaré Laurette Dubé, coauteure de la recherche, parue dans The American Journal of Clinical Nutrition. Mais tous ne sont donc pas également vulnérables à cette pulsion.

Personnes sensibles aux récompenses

400 Montréalais ont été étudiée. «On a regardé si la densité de restaurants de fast-food dans un rayon de 500 mètres de leur domicile influençait la probabilité que ces personnes rapportent avoir consommé du fast-food dans la semaine précédant l'enquête», a expliqué Mme Dubé.

La réponse est oui, pour le tiers des gens qui sont les plus sensibles aux récompenses. Il s'agit de personnes qui font souvent des choses juste parce qu'elles sont amusantes. Pour le reste de la population, l'effet est nul.

Les consommateurs particulièrement influençables sont jeunes, moins instruits, ont des revenus moins élevés et sont plus souvent des femmes. Des programmes de santé publique devraient prioritairement les cibler, suggère l'étude.

(cam)