Santé

16 juillet 2014 12:32; Act: 16.07.2014 14:11 Print

Vieillir moins vite grâce à son chien

Une étude écossaise atteste que la possession d'un toutou concourt à rester en bonne santé. Notamment parce que l'activité physique est augmentée.

storybild

«Cela n'ajoute quand même pas une décennie à votre espérance de vie, mais cela lui est bénéfique», estime l'auteur de la recherche. (Photo: AFP/Laura Doss)

Sur ce sujet
Une faute?

«Si vous avez un chien à la maison, vous bougerez autant qu’une personne qui a 10 ans de moins que vous.» Cette affirmation sort de la bouche du Dr Zhiqiang Feng, un chercheur de la St Andrews University en Ecosse. Le scientifique, interrogé par le «Daily Mail», plaide la fonction «rajeunissante» de l'animal de compagnie: «Cela n’ajoute quand même pas une décennie à votre espérance de vie, mais cela lui est bénéfique.» Selon lui, cette incidence serait due au mouvement: le fait de se lever et de sortir, notamment. Par chance, l’effet tonique n’est pas conditionné par la distance parcourue lors des promenades quotidiennes. Longues ou courtes, cela revient au même. Autre atout, la présence canine aurait des vertus pour la santé mentale: «En général, les propriétaires de chien sont moins sujets à la dépression nerveuse», insiste le Dr Feng.

Taux d'activité 12% supérieur à la moyenne

Ce dernier vient justement de publier une étude sur la question dans la revue «Preventive Medecine» à laquelle 547 personnes, dont la moyenne d’âge est 79 ans, ont pris part. Durant une semaine, leurs mouvements ont été mesurés avec un accéléromètre. Environ 50 participants, soit 9%, possédaient un toutou. A l’exception des personnes handicapées ou gravement malades, les résultats de la recherche suggèrent que «l’animal stimule l’activité personnelle et pousse à surmonter des obstacles tels que les intempéries ou la peur d’une agression dans la rue.» Les propriétaires de chien de plus de 65 ans ont un taux d’activité 12% supérieur à leurs contemporains qui n’en ont pas.

Ironie de l’histoire, et malgré les conclusions de son étude, notre bon docteur n’a pas de chien. «Ma femme ne les aime pas», avoue-t-il.

(eco)