Reggae

14 avril 2011 15:42; Act: 14.04.2011 16:45 Print

Peu connu ici, Aya Waska est reconnu ailleurs

par Fabien Eckert - Le musicien s’est déjà produit à travers le monde. Mais ici, le Nyonnais passe presque inaperçu. Découverte.

storybild

En 2010, à Neuchâtel: une de ses rares apparitions en Suisse. (Photo: G. Schatz)

Une faute?

Chine, Australie, Etats-Unis, Russie et Europe. Autant de régions que Stanislas Roux, alias Aya Waska, n’a plus à découvrir. Mais en Suisse, le globe-trotter, 28 ans, peine à faire son trou. «Je suis d’origine nyonnaise, j’y ai grandi. C’est vrai, j’ai l’impression que je marche mieux à l’étranger qu’ici, confie-t-il. Je suis le premier surpris de ne pas être programmé dans les festivals de la région.» Il nous confirme, en riant, que l’adage «nul n’est prophète en son pays» colle bien à son cas.

Sa musique est un croisement entre ska, dancehall, hip hop et reggae. Son premier album, «L’espace d’un instant», est sorti en 2004. Cinq ans après, il a remis le couvert avec «Connexion». Une galette sur laquelle figure certains grands noms du reggae et du hip hop: Sergent Garcia, Buddha Monk (Wu Tang Clan) et Akon, notamment. Il avoue que la collaboration avec ce dernier n’a pas été facile: «On a tout fait via Internet. On ne s’est jamais rencontrés, c’était pas évident! Reste que ça a été une super opportunité pour moi de bosser avec lui!»

Son nouvel album, «Champ Magnétique», sortira en octobre prochain. Quant au premier single, «From Brooklyn to Jamski», il sera disponible dès le 1er mai.

Aya Waska Feat. Afu Ra & Neena «Lion of Jamski»

------------------------------------------------------------------

Pour suivre toute l'actualité des festivals et de la musique sur les réseaux sociaux de «20 minutes»:

Sur Twitter

Sur Facebook

------------------------------------------------------------------