Tennis – Wimbledon

02 juillet 2018 17:54; Act: 02.07.2018 18:41 Print

Federer: «La Suisse a une équipe de vainqueurs»

par Mathieu Aeschmann, Londres - Le Balois a battu tellement facilement Dusan Lajovic au premier tour de Wimbledon qu'il n'a parlé que de deux choses en conférence de presse: son contrat Uniqlo et Suisse-Suède. Extraits.

storybild
Sur ce sujet
Une faute?

Roger, devons-nous vous féliciter pour votre victoire ou pour les 300 millions que vous allez recevoir lors des dix prochaines années? C'est beau, vous connaissez les termes de mon contrat? Ou alors vous n'en avez aucune idée et vous tentez le coup Disons que je suis ravi du match et du contrat. Je suis très content d'avoir pu apprécier ce premier tour, de m'être rapidement relâché après une nervosité logique à l'échauffement. Après, je suis aussi très excité de porter des vêtements Uniqlo. Tout cela s'est mis en place lentement et, au fond, c'est assez motivant de prendre ce nouveau départ et de le réussir en jouant bien.

Pouvez-vous nous expliquer comment s'est déroulé le transfert de Nike à Uniqlo? De mon point de vue, tout s'est passé correctement. Mon contrat avec Nike est arrivé à échéance en mars et je ne voulais pas commencer à sonder tout le marché. En réalité, j'espérais une prolongation avec Nike. Mais à un moment, on s'est rencontré avec les représentants d'Uniqlo et on a décidé de certaines choses au cas où rien ne se débloquait du côté de Nike. Puis le temps a passé et j'ai senti qu'il n'y avait pas tout à fait la volonté de me garder chez Nike. Aujourd'hui, je suis très fier de porter des vêtements Uniqlo, de savoir que je vais terminer ma carrière avec cette marque et, surtout, faire ma transition d'après-carrière avec eux. Ils m'ont présenté une vision très claire. On doit encore discuter plus en détail mais nous avons plein de choses à faire ensemble.

L'équipe de Suisse joue son huitième de finale contre la Suède demain. Comment allez-vous le regarder et pensez-vous cette équipe mûre pour enfin atteindre les quarts? Demain, je voulais d'abord rester tranquille le matin et m'entraîner l'après-midi. Puis on a réalisé avec «Seve» que c'était impossible: il y a le match! Donc je taperai 1h30 à la mi-journée pour être à la maison à 15h et regarder ce huitième avec mes proches. Mon sentiment, c'est que la Suisse possède une équipe de vainqueurs. Je le sens. Certes de loin mais je le sens. Selon moi, quelque chose est possible. Ce n'est pas une phrase choc mais cela change du passé quand tu sentais que la Suisse s'approchait de ses limites. Là, c'est un nouveau tournoi qui commence, un tournoi de tennis, à élimination directe. Or selon moi, tout est possible. La Suède est un adversaire compliqué et il faudra ajouter une couche de qualité en plus, être encore meilleur. Mais j'y crois et je suis à fond derrière notre équipe nationale!

Tennis

Plus de Mondial 2018