Football

06 juillet 2018 07:20; Act: 06.07.2018 12:04 Print

Après la défaite suisse, il s'est passé plein de choses

par Robin Carrel, Moscou - Plus de deux jours après l'élimination de la Nati de la Coupe du monde 2018, voici tout ce qu'on ne vous a pas raconté, parce que encore sous le coup de l'émotion...

storybild

Celle-là, elle a fait très, très mal. (Photo: Keystone/AP/Martin Meissner)

Une faute?

La Suisse a été éliminée sans gloire, les Anglais sont passés aux tirs au but contre la Colombie et on n'a pas eu l'occasion de vous en reparler depuis. Alors on fait une rapide récapitulation de tout ce qu'il s'est passé ou presque, dans le petit monde du football lors des soixante dernières heures.

Vu depuis Moscou, voici ce qu'on a pu noter lors des dernières 60 heures:

- Les Colombiens, ça fait beaucoup de bruit quand ça marque.
- Les Colombiens, ça fait beaucoup de bruit quand ça n'est pas content de l'arbitre.
- Voir Juan Fernando Quintero jouer en vrai est un bonheur pour les yeux.
- Les Anglais, ça peut gagner aux penalties.
- Les Anglais, ça peut venir à très peu à une Coupe du monde à force du matraquage médiatique là-bas, mais ça va peut-être finir par venir.
- Et ça peut être intelligent des fois, mais après coup. Longtemps après coup.


- Essayer de relier tous les principaux stades de Moscou dans la même journée par simple défi personnel (Spartak, Loujniki, Lokomotiv, Dinamo et CSKA) est une erreur pour les pieds.
- Aller tester le jogging sur des rails abandonnés, c'est extraordinaire.
- Quand des Russes bourrés ne sont pas d'accord politiquement avec vous après 22 heures dans la banlieue de Moscou, ayez la bonne idée d'être d'accord avec eux à la fin (on y reviendra).
- Il y a la tête d'un ours dessiné par Léonard de Vinci au Musée Pouchkine de la ville.
- Il y a aussi une statue du dieu le plus vénéré du pays dans ce magnifique musée.


- Se faire hurler dessus dans une langue étrange par un joyeux Russe très heureux de faire connaissance d'un Suisse, ça fait peur au départ, ça fait mal à la tête ensuite.
- Voir les rues moscovites être envahies de torrents après une demi-grosse averse et découvrir l'odeur des égouts qui refoulent.
- A Moscou, il y a au moins autant de parcs extraordinaires qu'à New York ou à Londres.
- Que la Suisse soit encore à la Coupe du monde ou pas, personne ne reconnaît quand même son maillot dans la capitale.
- J'ai croisé, dans un endroit reculé, des gens du troisième âge qui dansent la lambada sous la pluie, avec leur parapluie.

- Apparemment, prendre une photo d'un cinéma open air vide est interdit en Russie (on y reviendra aussi).
- Si un match qui débute à 21 heures va aux penalties, il n'y a pas forcément toutes les correspondances possibles et imaginables en métro ensuite. Et Moscou, c'est très très grand.
- Je dois retourner pour la quatrième fois de ma vie à Nijni Novgorod, mais pour y voir France-Uruguay, j'y irais à pied. Enfin, non, pas vraiment, parce qu'il n'y a pas de réseau de téléphone sur 300 kilomètres.
- On a eu droit au pire clash sur les réseaux sociaux de l'histoire du sport suisse.

- Quand un type qui a joué à la Lazio, à la Juventus, qui a signé à Arsenal et qui a plus de cent sélections dit quelque chose, tu l'écoutes. Surtout quand il dit que «Ceux qui veulent changer d'entraîneur sont des cons» et qu’«On n'est pas d'accord de changer, tous».
- L'arbitrage vidéo me fait penser aux théories que je faisais avec mon père pendant les ralentis, en regardant Téléfoot en 1995 et en n'étant jamais d'accord à la fin, alors que là, c'est, paraît-il, en direct.
- Après soixante heures de doute, on ne sait toujours pas si Cavani va pouvoir jouer vendredi soir contre la France.
- Il ne reste plus que dix jours de Coupe du monde et je suis déjà fan de cette édition 2018. Après, si c'est la Croatie qui gagne à la fin, ce ne sera que la cerise sur le gâteau.

Résultats et groupes

Plus de Mondial 2018