Football - Coupe du monde

07 juillet 2018 07:20; Act: 07.07.2018 10:48 Print

Artem Dziouba, en général

par Robin Carrel, Moscou - Parti de presque rien, revenu de tout, l'attaquant de la Sbornaja est à l'image de sa sélection. Il ne fait pas rêver le monde, mais les Russes oui. Enfin un peu.

Sur ce sujet
Une faute?

Les «grands malades», dans le football, divisent forcément. Et quand en Russie on évoque le cas de Artem Dziouba, on obtient vite des réponses diverses et variées sur le sujet. Car mine de rien, on a toujours un peu la culture du jeu de l'ancienne URSS et voir la Sbornaja jouer comme ça, comme face à l'Espagne il y a quelques jours, crée des tensions au moment de l'analyse. Sauf que si on regarde l'histoire du foot en ancienne URSS, et bien les bons, ils étaient quasiment tous Ukrainiens en fait... Comme le père policier de Dziouba, mais c'est un autre problème.

Et là, on en revient à l'éternel débat. C'est quoi le mieux, finalement? Être éliminés avec les honneurs ou jouer comme on sait qu'on peut l'assumer, à la manière du chef Stanislav Cherchesov, et passer aux penalties après avoir eu quelque chose comme une demi-occasion de tout un 8e de finale, mais tout de même mettre le feu à un pays? La réponse est dans la question. Les Russes se fichent bien de la manière, ils ont fêté ça comme un titre mondial.

Un Dieu en Ecosse?

Reste qu'au bistrot (mot dont il semblerait que le mot russe «быстро», en lettres de chez nous «bistro», veuille «vite» en français, à cause des soldats russes arrivés à Paris en 1814 et avides de boissons rapides, mais néanmoins interdites par leur hiérarchie), on n'est pas tous des grands fans de ce géant de 1m96. Deux bières après, vous leur expliquez qu'en Irlande ou Ecosse ce type serait un Dieu et là, on tombe presque d'accord.

Après, il faut avouer que la carrière de Dziouba n'a pas été une longue Volga tranquille. Le buteur formé au Spartak Moscou a d'abord porté les couleurs de Tom Tomsk, Rostov puis le Zénith Saint-Pétersbourg, avant d'être relégué dans le deuxième club de la «Ville des Tsars» l'hiver dernier, l'Arsenal Toula, parce que Roberto Mancini, désormais sélectionneur de la Squadra Azzura, l'avait écarté.

Chambrer Mancini

Lors des matches retour, lorsque le banni a croisé le chemin de son club «propriétaire», il a proposé de payer lui-même la pénalité inscrite dans son contrat de prêt au cas où il serait aligné par Arsenal. Le gouverneur de la région a fini par aligner la somme à six chiffres et c'est forcément lui qui a égalisé à 3-3, sur un ballon qui traînait, à la 88e minutes de jeu. Dans la foulée, il n'a pas hésité à aller chambrer l'entraîneur qui ne voulait plus de lui...

Mancini n'est d'ailleurs pas le premier coach à l'avoir borduré ces derniers temps puisque le sélectionneur Stanislav Cherchesov lui-même n'avait pas trop aimé se faire chambrer par cette «grande gigue» il y a un an. Mais les deux hommes ont ensuite eu une explication virile mais correcte, qui a permis à Dziouba de débuter le Mondial sur le banc, puis seul en pointe, vu les difficultés récurrentes de Fiodor Smolov à ne serait-ce que faire une passe.

Avec la Sbornaja, le géant moscovite est tout simplement une machine à buts. Huit goals en huit matches de qualification (4 passes décisives) et trois en quatre parties lors de cette Coupe du monde... Alors qu'en club, il ne trouve le fond des filets en moyenne qu'une fois toutes les trois rencontres. L'homme a du caractère, on le sait, mais aussi pas mal de confiance. Car cette saison, en club, il a manqué les deux penalties qu'il a tirés. Pourtant, contre l'Espagne, il n'a pas hésité à s'élancer face à David De Gea juste avant la mi-temps.

«Des coéquipiers m'ont dit d'y aller. J'avais peur, pour être honnête!, a-t-il avoué après avoir largement participé à éliminer la «Roja» lors de l'heure qu'il a passée sur le terrain. Le Dieu du football nous avait tourné le dos pendant tellement d'années... Ce jour-là, il était avec nous. On a tellement subi ces dernières années, on a connu tellement de m...» Les Dieux du football seront-ils encore Russes contre la Croatie? Il faudra vraiment y croire très fort.

Résultats et groupes

Plus de Mondial 2018