Football - Coupe du monde

28 juin 2018 22:32; Act: 29.06.2018 13:56 Print

La VAR en reprend pour son grade

par Robin Carrel, Moscou - Les polémiques arbitrales se sont déplacées du terrain à une salle de régie vidéo centralisée, située à Moscou. Un Marocain vient d'en rajouter une couche.

storybild

Le joueur du Maros Younès Belhanda était déjà contre la vidéo avant. Alors après... (Photo: Keystone/AP/Darko Vojinovic)

Sur ce sujet
Une faute?

Mercredi soir, pendant que l'arbitre français Clément Turpin sifflait deux penaltys contre la Suisse en fin de partie, c'est du côté de Moscou que les cerveaux phosphorent le plus. Les trente-trois caméras du Stade de Nijni Novgorod servent à l'arbitre vidéo et c'est lui, à quelque 400 kilomètres à vol d'oiseau, qui décide s'il y a lieu ou non que le directeur de jeu aille revoir l'action.

Depuis le début de la compétition, les penalties sont très nombreux, plus nombreux que jamais lors d'un Mondial depuis l'invention du jeu de ballon, et les polémiques vont forcément avec. Que l'on soit bien clair: l'assistance vidéo à l'arbitrage a permis d'éviter certaines erreurs grossières et n'a pas «coupé» le jeu autant qu'on pouvait le redouter au départ. Mais la VAR ne pourra jamais faire l'unanimité, tant le facteur humain peut être grand, dès qu'il s'agit de football.

La faute de Pepe

Depuis le début de la compétition flotte ainsi un air bien connu, qui est joué à chaque fois qu'un tournoi débute: les «gros» seraient systématiquement avantagés par les arbitres. Cette fois, ce sont les arbitres vidéo qui auraient tendance à favoriser le favori. Neymar, dont un penalty a été annulé après visionnage ou les Allemands, qui ont encaissé le premier but coréen à la suite d'un détour par Moscou, ne seront sans doute, de leur côté, pas vraiment d'accord...

Jeudi, c'est le Marocain Younès Belhanda qui a taclé la VAR et il n'y a pas eu besoin de revoir l'action pour comprendre qu'il en avait gros. Sa sélection a montré un beau visage lors de cette Coupe du monde, maisa été éliminée après deux matches, avant de sortir par la grande porte à la suite d'un nul arraché à l'Espagne. Reste que le jeune homme était en colère contre les arbitres vidéo et l'a fait savoir de manière véhémente sur les ondes de RMC. Le milieu de terrain a fustigé en particulier le but de Ronaldo face à son pays (1-0 pour le Portugal), consécutif à une faute énorme de Pepe.

«Tout le monde le sait, tout le monde l’a vu. Quand ça a été pour prendre une décision pour le Portugal ou pour l'Espagne, on a fait appel à la vidéo, a-t-il regretté. Alors que nous, quand on a demandé à regarder l’action, au moins, l’arbitre nous disait qu’il était en communication. Mais il n’était en communication avec personne. Personne ne lui a dit de vérifier! A la base, je suis contre la vidéo, a ajouté le joueur de Galatasaray. Mais quand on te baratine pendant tout le rassemblement sur la VAR... Au final, elle n’a servi que pour les grandes équipes.»

Résultats et groupes

Plus de Mondial 2018