Football

11 juillet 2018 14:09; Act: 11.07.2018 14:09 Print

Martinez: «Troisième, ce n'est pas rien»

par Tim Guillemin, Saint-Pétersbourg - Très déçu, le sélectionneur de la Belgique a tout de même tenté de déjà se projeter sur la petite finale de samedi à Saint-Pétersbourg.

storybild

Le sélectionneur de la Belgique Roberto Martinez veut aller de l'avant. (Photo: Keystone)

Une faute?

La Belgique n'ira pas au bout de son rêve, stoppée par une équipe de France très efficace mardi à Saint-Pétersbourg. Les Bleus se sont imposés 1-0 grâce à un coup de tête de Samuel Umtiti à la 51e. Une phase de jeu qui laisse bien des regrets à Roberto Martinez.

«On savait que la France était forte sur coup de pied arrêté, mais il ne s'agit pas d'une faiblesse chez nous, bien au contraire. Sur ce coup-là, ça s'est joué à un centimètre», a regretté le Catalan. Durant cette Coupe du monde, la Belgique n'a encaissé que cinq buts, dont trois sur des phases statiques. «Mais de nouveau, je ne crois pas qu'on puisse parler de point faible. C'est juste arrivé comme ça ce soir, c'est malheureux», a pesté Roberto Martinez, soutenu dans son argumentation par Didier Deschamps!

L'immense avantage du premier but

«La Belgique est très forte sur coup de pied arrêté, Roberto Martinez a raison. Sans même parler de Thibaut Courtois, qui est si grand, la moitié de l'équipe approche ou dépasse les 190 centimètres. Ils sont athlétiques et très dangereux. Je suis déjà content qu'on n'ait pas encaissé de but sur phase arrêtée, alors en marquer un, c'est vraiment une satisfaction», a ainsi déclaré Didier Deschamps. Le but de Samuel Umtiti a fait toute la différence, il est vrai.

Roberto Martinez l'affirme : «Celui qui marquait en premier dans ce match prenait un immense avantage. La France l'a fait sur ce corner et ensuite, on a été obligés de se découvrir un peu. C'est devenu compliqué.» Tellement compliqué que les longues phases de possession belges n'ont débouché sur rien de concret, sinon des possibilités de contres pour la France. Didier Deschamps a d'ailleurs publiquement regretté la maladresse française de la deuxième période: «Avec un peu plus de justesse technique, on aurait pu faire très mal aux Belges.»

Un but a donc suffi aux Bleus pour atteindre la finale et plonger la Belgique dans la détresse. Roberto Martinez, très affecté, a relevé la tête en parlant de la petite finale de samedi. «Peut-être qu'elle sera difficile à préparer individuellement et collectivement, mais il faudra y arriver. Finir troisième, ce n'est pas rien. Le meilleur résultat belge, c'est une quatrième place en 1986. On veut faire mieux», a assuré le technicien des Diables Rouges.

Résultats et groupes

(nxp)

Plus de Mondial 2018