Football - Coupe du monde

09 juillet 2018 07:02; Act: 09.07.2018 08:12 Print

Mesdames et Messieurs, voici Burzum, le hérisson

par Robin Carrel, Moscou - Avoir la chance d'aller en reportage, ça sert aussi à découvrir la vie ailleurs. Quitte à tomber sur un hérisson de compagnie qu'on n'attendait pas vraiment.

Sur ce sujet
Une faute?

«Un voyageur est une espèce d'historien; son devoir est de raconter fidèlement ce qu'il a vu ou ce qu'il a entendu dire; il ne doit rien inventer, mais aussi il ne doit rien omettre», disait en son temps l'excellent François-René de Chateaubriand.. Cette magnifique citation peut aussi s'appliquer à un journaliste. C'est pourquoi vous conter cette histoire est très important.

Les longs reportages comme cette Coupe du monde 2018 sont des moments extraordinaires. Contrairement aux matches de qualification de l'équipe de Suisse où les joueurs, l'entourage et les suiveurs ne passent généralement que trois jours au grand maximum sur place, un Mondial, c'est l'assurance d'avoir le temps de découvrir vraiment une contrée. C'est le luxe de prendre quelques habitudes. C'est la magnifique possibilité de se faire des amis.

En Russie, on se réjouissait vraiment de pouvoir découvrir en profondeur un pays dont nos médias dépeignent une image compliquée. Et bien l'expression vaudoise «être déçu en bien» ne suffirait pas pour vous expliquer à quel point tout a volé en éclat. Le dépaysement est grand, certes, mais comme partout sur la planète, on tombe forcément sur des gens géniaux et la possibilité de vous raconter des histoires pas tout à fait comme les autres.


A peine arrivé sur place, près de l'appartement loué pour plus d'un mois près de la station de métro d'Elektrozavodskaya, dans le nord-est de la ville, on est vite tombé sur celui que l'on surnomme «Dima» et qui parle un très bon anglais. Rapidement, le monde, la Suisse, la Russie sont refaits autours de quelques «pivo». Puis, quelques jours plus tard, à mesure que les sujets de discussions devenaient divers et variés, le choc. Notre nouveau pote avait un animal de compagnie pas comme les autres. Laissez-moi vous présenter Burzum, le hérisson.

Oui, Dmitry et son amie Tania ont un hérisson de compagnie, dans leur appartement de la large banlieue de Moscou, tout proche du parc Ul'yanovskiy, qui entoure le Château de Kouskovo, à l'est de la capitale russe. Assez loin du centre pour qu'on y coupe l'eau chaude l'été pour des raisons pour le moins difficiles à appréhender pour un Suisse en goguette. Pas un chat, pas un chien, pas un perroquet, ni des poissons... Un hérisson!

Vous pensez bien qu'à l'évocation de ce que vous pouvez prendre pour une anecdote, mon sang n'a fait qu'un tour. Donc on a pris le train de banlieue, on est descendu à l'arrêt Pluschevo et on s'est enfoncé quelque peu dans le quartier de Riazanski, histoire de pouvoir constater tout ça de visu. Et bien on ne nous avait pas menti, nos amis ont bien, dans leur salon, un hérisson de compagnie. Il s'appelle Burzum, du nom d'un groupe de black metal et dungeon synth norvégien, formé d'une seule personne, Varg Vikernes, qui estime à raison que «plus d'une personne dans un projet artistique est toujours un compromis».


Moins demandeur d'attention qu'un canidé, moins de poils qu'un chat... Leur choix peut paraître étonnant, mais voilà. Ils ont adopté voici deux ans cette boule de pics, qui peut vivre jusqu'à une quinzaine d'années. La bestiole a son enclos et ne sort que rarement la journée, préférant se lover dans son écrin de tissu à lui. La nuit, il se promène et effectue ses exercices quotidiens dans une roue, comme un vil hamster lambda.

Burzum mange principalement des croquettes pour chat assez chères et a droit à quelques friandises, sous la forme d'insectes achetés dans un magasin pour animaux, de temps à autre. A Moscou, il y a même une vétérinaire spécialisée dans les soins pour ces petits mammifères que nous croisons, en Suisse, généralement plats au milieu d'une route.

Voilà, c'est tout, je trouvais que c'était important de vous rapporter cette aventure hors du commun. Et si, comme moi, vous êtes devenus fans de Burzum le hérisson, n'hésitez pas à suivre ses pérégrinations sur son compte Instagram!

Résultats et groupes

Plus de Mondial 2018