Football - Coupe du monde

01 juillet 2018 20:47; Act: 01.07.2018 20:47 Print

Un feu d'artifice en forme de passage de témoin

par Robin Carrel, Moscou - Kylian Mbappé a réussi un exploit rare dans le football de ces dix dernières années, éclipser totalement Lionel Messi d'un match de football. Un signe?

On en profite pour vous remettre le but de Pavard, parce que quand même.
Sur ce sujet
Une faute?

On peut donc être quintuple Ballon d'Or sans avoir de Coupe du monde, ni même de grand titre international, à son palmarès. Lionel Messi avait déjà mis une fois fin à sa carrière internationale en juin 2016 à la suite d'une troisième défaite en finale en trois ans (une de Coupe du monde, deux Copa America), avant de revenir sur sa décision. Le voir au Qatar dans quatre ans porter le maillot d'une sélection argentine qu'on va bientôt finir par être trop grand pour lui serait donc une sacrée surprise... Surtout après cette nouvelle énorme déception en Russie.

Les petits plats avaient pourtant été mis dans les grands pour le Barcelonais dans ce Mondial. Son sélectionneur Jorge Sampaoli l'a mis au coeur de son dispositif, qu'il a changé plusieurs fois durant la compétition, sans jamais trouver la bonne formule. La large défaite 3-0 contre la Croatie avait tiré la sonnette d'alarme et il avait fallu un exploit improbable du défenseur central Marcos Rojo pour qualifier l'«Albiceleste» en 8es de finale, contre le Nigeria (2-1). Le bateau a fini par couler contre une France pourtant elle aussi dans le doute au coup de sifflet initial.

Cette partie au dénouement improbable (7 buts sur 8 tirs cadrés, le seul raté étant l'oeuvre de... Messi) a sans doute fait office de passage de témoin entre un Argentin qui n'aura jamais gagné qu'un titre olympique avec son pays et un Kylian Mbappé à l'avenir plus que jamais radieux. On promettait le plus grand avenir au «Bleu» de 19 ans et il a fini par dégager de ses épaules le poids de son transfert à plus de 200 millions de francs suisses, l'été dernier, en passant de Monaco au Paris St-Germain.

Samedi, la démonstration du jeune Français lui a valu de nombreux surnoms sur les réseaux sociaux, passant rapidement, forcément, de «Speedy Gonzales» au «Bip Bip» qui a pris la bonne habitude de semer le Coyote dans les dessins animés. C'est de lui qu'est venu le 1-0 de Griezmann sur penalty (13e), après une course folle, lors de laquelle il a été «flashé» à 37 km/h, soit la vitesse moyenne d'Usain Bolt lors de son record du monde du 100 mètres en 9''58 à Berlin en 2009. Mbappé a ensuite inscrit un doublé de vrai avant-centre, lui qui est plutôt utilisé sur l'aile droite tant au PSG qu'en équipe de France.


Le pire, c'est que le natif de Bondy dans le «93» est un sacré contre-exemple de la caricature que l'on fait des jeunes joueurs actuels. Il est aussi intelligent dans ses réponses aux journalistes que dans ses choix de carrière. Il sait même se mettre en retrait de la lumière de lui-même, lorsque les médias se font un peu trop élogieux à son endroit. Pourtant, il y aurait de quoi prendre la grosse tête, au vu de sa progression plus que fulgurante... Car contre l'Argentine, ce qu'a réalisé le Parisien est juste d'un autre temps.

Quand il a inscrit le 3-2 à la 64e, celui qui n'était pas né lors du sacre de Didier Deschamps et compagnie en 1998 est devenu le plus jeune joueur de l'histoire de la Coupe du monde à inscrire deux buts dans cette compétition depuis Michael Owen en 1998, justement. Encore plus fou, lorsque le No 10 de la France (ça aussi, il faut l'assumer) a inscrit le No 4 quatre minutes plus tard, il a rejoint le plus grand dans la légende. Qui est le plus jeune joueur de l'histoire à avoir réussi un doublé en Coupe du monde? Un certain Pelé, à 17 ans et 8 mois, en 1958.


Et qu'a donc bien pu répondre le jeune homme à la presse après la rencontre, lorsque cette comparaison a été faite? «Remettons les choses en perspective. Pelé est d'une toute autre catégorie.» Ancien «Français le plus cher du monde», son coéquipier Paul Pogba a savouré à sa place: «Je savais qu'il allait faire la différence avec sa pointe de vitesse. On savait leur point faible, dans le dos. Je ne le considère pas comme un jeune, mais déjà comme un grand. Il va encore progresser. Il doit le faire car il a le potentiel pour aller au top. Il va lui rester beaucoup de matches dans sa carrière, j'espère qu'il va être encore meilleur. Je suis très content d'avoir un joueur comme ça dans notre équipe.» C'est le moins que l'on puisse dire.


Résultats et groupes

Plus de Mondial 2018