Football - Coupe du monde

13 juillet 2018 19:16; Act: 14.07.2018 08:23 Print

Une passion à Moscou III: les musées

par Robin Carrel, Moscou - Après le métro et les parcs, l'heure est venue de passer à l'étage supérieur, en allant s'en mettre plein les yeux dans les musées moscovites. Et pas n'importe lesquels.

Sur ce sujet
Une faute?

Il y a des jours comme ça... Le plan avait pourtant été pensé et l'affaire bien goupillée. Vendredi, on allait aller voir les Bleus dans leur retraite d'Istra, à une soixantaine de kilomètres de Moscou, via trois trains différents. Conférence de presse prévue à 11h30, départ donc aux alentours de 8 heures et puis... Et puis l'accident.

La soirée avait été un peu longue vers la fin, mais notre ami Dima nous avait rencardé sur les trains à prendre pour aller écouter Didier Deschamps dire des choses tactiques et techniques. Mais on a refait le monde, certains de nos nouveaux amis ont trouvé drôle de faire mumuse avec notre compte Facebook (les blagues pourries n'ont décidément pas de frontière!) et on s'est réveillé à onze heures du matin, rattrapant ainsi de fait les heures de sommeil perdues dans les trains de nuit russes...

Merci l'AFP

Perdu pour perdu, autant que la journée suivante finisse par servir. De toute façon, sur l'équipe de France, l'Agence France Presse est forcément en béton armé et on n'est pas vraiment sûr de faire vibrer la Suisse romande en écrivant à la gloire de Paul Pogba, Raphaël Varane et compagnie. Alors profitons d'un de ces rares jours sans football pour aller se cultiver le cerveau.

Je pourrais évoquer avec vous le Musée des beaux-arts Pouchkine, qui est vraiment incroyable, avec son exposition spéciale sur Rembrandt et où on a réussi à dénicher deux dessins de Léonard De Vinci lui-même. Bon, ils étaient faits à la main, mais quand même. Avoir sous les yeux un bout de papier qu'a touché l'un des plus grands génies de l'histoire de l'humanité, c'est tout de même quelque chose.


Parmi la trentaine de musées incroyables de la capitale russe, on pourrait aussi vous parler du Musée Darwin, du Musée Tolstoï ou encore évoquer le musée zoologique, mais parmi les plus impressionnants, il y a clairement la Galerie d'État Tretiakov. 15'000 tableaux, 140'000 pièces de collection en tout... On y trouve tout ce que les artistes russes ont fait de mieux depuis toujours et c'est assez fou.

Mais comme on ne veut pas trop vous saouler avec des types qui peignent des peintures, on a trouvé beaucoup plus rigolo, à quelques mètres du Bolchoï et de la Place Rouge: le Musée des machines d'arcade soviétiques. On ne va pas vous mentir, c'est sans doute un des endroits les plus géniaux qu'on a croisé dans notre carrière. Prenez la boîte de pièces de 15 kopecks distribuée à l'entrée et suivez-moi, on va bien s'amuser.

Succès énorme

Fondé en 2007 par trois jeunes tout juste promus par l'Université polytechnique de Moscou, ce musée a d'abord existé dans le sous-sol de leur résidence universitaire. Ensuite, le succès venant, il a connu plusieurs déménagements, avant de s'installer à Kuznetsky Most, l'une des rues qui doit coûter le plus cher dans le Monopoly russe. Ces trois jeunes ont commencé à ramasser quelques jeux d'arcade qui sont apparus dès les années 70 et le succès a été tel, qu'ils ont ouvert depuis deux autres antennes à Kazan et St-Pétersbourg.

Dans la capitale, leur musée compte une cinquantaine de pièces de collection. On est loin, bien loin de Virtua Tennis ou de Street Fighter II et on se rend vite compte, pour environ la deux millième fois depuis notre arrivée en Russie, à quel point la culture d'ici est différente. La majorité de ces jeux ont pour base des armes ou ont une origine militaire. On a notamment complètement craqué pour une machine où on se prend pour un torpilleur dans un sous-marin.

«Tankodrome»

Mais au temps de la guerre froide, le sport aussi était largement mis en avant. Alors dans ce musée, on peut jouer au baby-foot, comme partout, au «baby-hockey», mais ça on connaît aussi, mais également au «baby-basket», et ça c'est vraiment bizarre. Il y avait aussi un jeu de hockey où il faut tromper un gardien en visant avec la main droite tout en réglant l'avancée du joueur avec une autre molette, mais comme il n'y avait pas de puck, seulement une foule en délire qui vous fait savoir que vous avez marqué, on a moyennement croché sur celui-ci...

Tout ça pour vous dire que si vous souhaitez tenter votre chance sur des jeux mythiques pour les gens du coin, mais qui n'ont que rarement passé le Rideau de Fer, comme «Rallye auto-M», «Interceptor», «Télésport», «Tankodrome», «Reine des Neiges», «Winter Hunt» ou «Bataille aérienne», n'hésitez surtout pas! C'est encore un de ces petits moments dépaysants comme on a adoré en vivre pendant cette Coupe du monde 2018 en Russie.

Résultats et groupes

Plus de Mondial 2018