Jeux vidéo

02 novembre 2018 08:48; Act: 02.11.2018 08:57 Print

Le jeu de 2018 est enfin arrivé... et c’est de la balle!

«Red Dead Redemption II» prouve une nouvelle fois le savoir-faire de Rockstar. Avec quelques bémols toutefois.

Une faute?

Grâce à ses musiques d’ambiance somptueuses à la Ennio Morricone, ses dialogues qui auraient pu être écrits par un Tarantino dans sa meilleure forme et ses plans cinématographiques qui auraient fait pâlir Stanley Kubrick, ce western virtuel est bien plus qu’un simple jeu vidéo.

L’histoire se déroule à l’aube du XXe siècle, quelque part aux Etats-Unis. Le joueur incarne l’une des fines gâchettes d’une bande de hors-la-loi. Le but: survivre et améliorer le camp, ainsi que son arsenal en effectuant d’innombrables quêtes allant du meurtre à l’attaque de diligences, en passant par des phases de chasse et de pêche. On peut aussi simplement se laisser happer par des événements fortuits.

Chaque mission, même la plus secondaire, a été composée avec un soin remarquable. Rockstar arrive toujours à surprendre, grâce à une mise en scène exceptionnelle et à une multitude de «gueules» que l’on croirait sorties d’un film de Sergio Leone.

Cette magnifique immersion est malheureusement un peu altérée par une jouabilité à l’inertie bien trop prononcée et une ergonomie légèrement datée. Mais rien qui puisse ternir cette ode à la liberté où on peut devenir le bon, la brute ou le truand de sa propre expérience.

(mmi/20 minutes)