Web

24 juillet 2018 13:11; Act: 24.07.2018 13:11 Print

Facebook veut connecter le monde par satellites

Malgré l’abandon de son projet de drones, le célèbre réseau social n’abandonne pas son vœu de couvrir les zones les moins desservies.

Sur ce sujet
Une faute?

Près de la moitié de la population de la planète ne bénéficie pas d’une connexion internet performante, voire n’a aucun accès. Pour y remédier, Facebook parie sur une constellation de minisatellites baptisée Athena, comme le révèle «Wired». Le magazine s’est procuré la demande de la société auprès des autorités américaines. Facebook envisagerait les premières mises en orbite au début de l’année prochaine.

Facebook ne se décourage pas après l’abandon, le mois dernier, de son projet de mégadrones solaires. L’entreprise mise cette fois sur des satellites en orbite basse qui permettraient d’assurer une connexion à 100 Gb/s, soit dix fois plus que ceux situés sur une orbite géostationnaire. Problème: les investissements nécessaires à une telle technologie seront conséquents, avec notamment un réseau d’antennes relais au sol et la construction de plusieurs centaines de satellites.

Malgré les risques financiers d’un secteur qui doit prouver sa rentabilité, Facebook se retrouve en concurrence avec plusieurs autres acteurs: SpaceX, qui a lancé ses deux premiers engins en début d’année, ainsi que OneWeb ou Virgin Orbit, qui prévoient chacun des constellations de plusieurs centaines d’appareils. Alphabet, maison-­mère de Google, mise de son côté sur son projet Loon, qui utilisera des ballons stratosphériques.

(reg/afp)