Lausanne

11 novembre 2019 21:58; Act: 12.11.2019 12:55 Print

«La finale dans un ciné, c'était un truc de malade!»

Les fans de «League of Legends» s'étaient donné rendez-vous pour suivre l'affrontement entre FPX et G2 dans un cinéma lausannois. Réactions.

Voir le diaporama en grand »
La finale des Worlds de League of Legends s'est déroulée dimanche 10 novembre à l'AccorHotels Arena de Paris (ex-Bercy). La course pour soulever la coupe du titre suprême a mis aux prises les Européens de G2 et les Chinois de FPX. Mais après une finale à sens unique, ce sont les Chinois de FPX qui ont remporté le trophée, l'emportant sur un sec 3-0 face à G2. Les quelque 130 spectateurs présents dans un cinéma des Galeries, à Lausanne, n'ont rien manqué de cet événement. «Je ne voulais vraiment pas rater l'événement», indique le Lausannois Bilal, 21 ans. «J'ai acheté ma place dès que j'ai pu car c'est toujours mieux de regarder une telle finale au ciné plutôt que chez soi!» «Comme je n'ai pas pu aller à Paris, je suis venue ici avec des amis», explique la Lausannoise Sabrina, 26 ans. «C'est impressionnant, tout le monde criait lors des teamfights! Chacun a son équipe préférée, mais ça reste une communauté où les gens sont très proches.» «Je voulais voir G2 gagner, c'est ce qui ma motivé à venir. Mais je suis quand même content pour FPX qui a vraiment très bien joué et qui a mérité sa victoire. Dommage qu'il n'y ait eu que trois games!», juge Edwin, 19 ans, de Puidoux (VD). «Quelle ambiance, c'était vraiment un truc de malade!», a réagi la Lausannoise Rachel, 30 ans. «C'était trop cool de voir autant de gens qui viennent tous pour ça, il y avait vraiment une bonne énergie.» C'était la première fois qu'un cinéma des Galeries, à Lausanne, accueillait un tel événement, alors que Genève-Balexert en avait déjà organisé. La désillusion est cruelle pour les G2, qui avaient la possibilité de remporter le titre suprême après avoir éliminé les SKT T1 en demi-finales (3-1). A Paris, les cosplays étaient de sortie, à l'image de cette spectatrice en Miss Fortune. L'AccorHotels Arena, à Paris, était très coloré grâce au talent de nombreux cosplayers. Les champions Sylas, Teemo, Graves et TF étaient de sortie, à Paris. La foule a répondu présent pour investir la grande salle parisienne de l'AccorHotels Arena. Une cosplayeuse grimée en Ahri, dimanche à Paris.

Retour en images sur la finale des Worlds, entre cosplay à Paris et fans lausannois dans un cinéma des Galeries, à Lausanne.

Sur ce sujet
Une faute?

Les 130 places d’un cinéma des Galeries, à Lausanne, se sont arrachées pour assister à la finale des Worlds, le championnat du monde de «League of Legends», dimanche. Il n'y avait plus un billet de disponible depuis mercredi. «Pathé a directement été motivé à diffuser la finale des Worlds», explique Noëlle Desjeux, du Lausanne-­eSports (eLS).

«J’étais allée à Genève-Balexert où ça avait déjà eu du succès et je me suis dit qu’il fallait organiser quelque chose à Lausanne. C’était ultrasympa de voir tout ce monde réuni ici. On voyait que les gens étaient contents d'être là et de regarder le match avec leurs potes.» Et Noëlle Desjeux ne compte pas s'arrêter là: «Vu l'engouement très fort, je pense qu’on pourra même voir beaucoup plus grand la prochaine fois!»

La salle du cinéma lausannois a en effet rarement dû voir autant de fans excités et exubérants, à l'image de l'ambiance de feu de l'AccorHotels Arena (ex-Paris Bercy), où se passait la finale des Worlds. «Je ne voulais vraiment pas rater l’événement», confirme Bilal, 21 ans. «J’ai acheté ma place dès que j’ai pu car c’est toujours mieux de regarder une telle finale au ciné plutôt que chez soi!»

Même enthousiasme chez Sabrina, 26 ans: «Comme je n’ai pas pu aller à Paris, je suis venue ici avec des amis. C’est impressionnant, tout le monde criait lors des teamfights! Chacun a son équipe préférée, mais ça reste une communauté où les gens sont très proches.»

La défaite des Européens de G2, grands favoris du public lausannois, n'a pas gâché la fête. «Je voulais voir G2 gagner, c’est ce qui m’a motivé à venir. Mais je suis quand même content pour FPX qui a vraiment très bien joué et qui a mérité sa victoire. Dommage qu’il n’y ait eu que trois games!», juge Edwin, 19 ans, de Puidoux (VD).

Au final, c'est l'expérience d'avoir partagé un moment unique qui l'emporte: «Quelle ambiance, c’était vraiment un truc de malade!», réagit la Lausannoise Rachel, 30 ans. «C’était trop cool de voir autant de gens qui viennent tous pour ça, il y avait vraiment une bonne énergie.»

Un autre lieu de la capitale vaudoise a diffusé cette finale: le bar e-sport Qwertz, en dessous de la place Saint-François. «Il y avait une excellente ambiance, j'en tire un bilan très positif», se réjouit Nico, le patron des lieux qui proposait de suivre le match en anglais, au rez-de-chaussée, ou en français, au sous-sol. «Il y avait une cinquantaine de personnes. C'était animé et les gens discutaient certainement plus que dans un cinéma. Les deux offres sont donc complémentaires.»

(mey)