Yverdon-les-Bains (VD)

15 août 2018 17:51; Act: 15.08.2018 17:56 Print

Le Numerik Games Festival a été repensé

Prévu du 24 au 26 août, l'événement consacré à la culture digitale s'est réinventé pour mieux mettre en valeur les nombreuses activités proposées au grand public.

storybild

Comme lors de la 2e édition du Numerik Games Festival, en août 2017, les festivaliers pourront notamment jouer sur des anciens ordinateurs sur le site de l'Y-Parc à Yverdon. (Photo: Keystone/Jean-christophe Bott)

Sur ce sujet
Une faute?

«C'est impossible de sortir du festival sans avoir été impressionné par au moins une activité», nous assure Marc Atallah, directeur artistique du Numerik Games Festival. Cet événement grand public consacré aux différentes facettes de la culture digitale se déroulera du 24 au 26 août prochain à Yverdon-les-Bains. Et pour le directeur de la Maison d'Ailleurs, musée de la science-fiction de la cité thermale, cette 3e édition à venir est déjà une réussite de par sa programmation. Elle a été détaillée mercredi.

Intégralement repensé, le festival propose cette année 41 activités regroupées sous six catégories définies par des verbes d'action (contempler, écouter & réfléchir, danser, jouer, découvrir et s'immerger). L'événement, qui veut faire la part belle à la découverte de la créativité numérique, s'est installé à part entière à l'Y-Parc, parc technologique de la ville. But: y réunir des festivaliers plus investis à contribuer à «l'âme du festival», comme l'appelle le responsable.

Entre expériences de réalité virtuelle, créations artistiques, jeux vidéo, ateliers pour enfants et conférences, des artistes de speed-painting projetteront leurs œuvres numériques créées en direct devant le public. Notamment lors de l'un des moments forts du festival, à savoir des concerts de musique classique de l'Orchestre symphonique Bande-Son. Composée de 90 musiciens, celui-ci interprétera des musiques de films de science-fiction tels que «2001, l'Odyssée de l'Espace», «Alien», «Star Wars», «Star Trek» ou encore«Le Cinquième élément».

La diversité musicale est en effet à l'honneur cette année. A côté des habituelles soirées de musique électro, le Numerik Games Festival proposera aussi la première soirée de clubbing de Suisse autour du jeu vidéo «Just Dance». La première compétition d'e-sport sur un jeu vidéo suisse, à savoir «Retimed» du studio Maniax, sera aussi de la partie lors de la Swiss Made Games League.

Le succès de la manifestation se mesurera aussi par sa fréquentation, qui était de près de 10'000 personnes l'an passé, mais les préventes de billets sont d'ores et déjà encourageantes, indique le responsable.

(man)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Numerik Bulldog le 17.08.2018 11:44 Report dénoncer ce commentaire

    un joueur sachant jouer

    Il était une fois un beau joueur de poker. Il avait beaucoup d'amis, il jouait de jour et de nuit sans savoir ou apprendre à travailler. Plutôt affamés, son épouse et ses deux enfants l'ont quitté, et il a continué de jouer. Mais un jour, un huissier de justice est venu l'expulser. Et le gentil joueur s'est pendu à la poutre d'un autre logement en sous-location. En 33 ans il a gagné de quoi se payer une corde.

  • Marie le 16.08.2018 06:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Mouahahahaha

    Yverdon, les jeunes des cités balancent des feux dartifice sur la police, la ville organise un festival de jeux vidéo. Berne, Les jeunes travaillent, la ville organise la fête de loignon. Pas de conclusion hâtive....

Les derniers commentaires

  • Numerik Bulldog le 17.08.2018 11:44 Report dénoncer ce commentaire

    un joueur sachant jouer

    Il était une fois un beau joueur de poker. Il avait beaucoup d'amis, il jouait de jour et de nuit sans savoir ou apprendre à travailler. Plutôt affamés, son épouse et ses deux enfants l'ont quitté, et il a continué de jouer. Mais un jour, un huissier de justice est venu l'expulser. Et le gentil joueur s'est pendu à la poutre d'un autre logement en sous-location. En 33 ans il a gagné de quoi se payer une corde.

    • années folles le 17.08.2018 17:02 Report dénoncer ce commentaire

      entre 1968 et 1988

      Pour cet ami "pendu" mon entreprise m'a accordé un jour de congé payé, sans oublier de proposer plusieurs jours. En ce temps-là, la vie était trop facile et trop belle, et le phénomène de jouer avec la vie a emporté 25% de jeunes de ma génération. De bons maîtres d'écoles, profs de l'UNI, avocats, directeurs de banques..., tombaient comme des mouches. Et moi, fils de paysan illettré, je n'arrêtais pas à travailler et à courir tous les soirs aux cours du soir pour apprendre la vie, comme un aveugle sans internet.

  • Marie le 16.08.2018 06:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Mouahahahaha

    Yverdon, les jeunes des cités balancent des feux dartifice sur la police, la ville organise un festival de jeux vidéo. Berne, Les jeunes travaillent, la ville organise la fête de loignon. Pas de conclusion hâtive....

    • Blabla le 16.08.2018 08:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Marie

      Jamais lu un commentaire aussi niais. Merci les généralités.

    • Gilles Tuche le 16.08.2018 12:04 Report dénoncer ce commentaire

      Monsieur

      Où voulez-vous en venir ?

    • André Cordeiro le 23.08.2018 13:10 Report dénoncer ce commentaire

      Toujours la même rengaine

      Ce n'est pas la ville a savoir même que la plus part des fond viennent de la billetterie et de la maison d'ailleurs, sinon ça fait toujours plaisir qu'une minorité peuvent donner une image a une ville