Chine

13 juillet 2014 22:05; Act: 13.07.2014 22:11 Print

Apple dément menacer la sécurité nationale

Apple a rejeté formellement dimanche les accusations de la télévision publique chinoise CCTV, qui avait assuré vendredi que les iPhone représentaient une menace pour la sécurité nationale.

Sur ce sujet
Une faute?

«Nous apprécions les efforts de CCTV pour éduquer nos clients sur un sujet que nous considérons comme très important», a indiqué le géant américain dans un communiqué publié en chinois et en anglais sur son site chinois.

«Comme nous l'avons déjà dit, Apple n'a jamais coopéré avec aucun gouvernement pour donner accès à ses produits et services», précise le communiqué. «Nous n'avons jamais donné accès à aucun de nos serveurs non plus. C'est une chose à laquelle nous sommes très attachés».

Le groupe rappelle que ses téléphones utilisent les services de géolocalisation GPS pour permettre à l'utilisateur de trouver le restaurant le plus proche, de vérifier les prévisions météo ou de calculer son temps de trajet pour aller au bureau. «Mais il est important de noter que tout au long de ce processus, Apple ne transmet aucune donnée qui soit associée à l'appareil d'un utilisateur donné», souligne le groupe.

Apple assure que les utilisateurs ont à leur disposition plusieurs outils pour désactiver la géolocalisation sur leur iPhone.

La directrice de l'Institut de sécurité de l'internet à l'Université de la sécurité publique du peuple, Ma Ding, avait affirmé sur CCTV qu'en activant un paramètre du smartphone, il était possible de suivre à la trace une personne et de rassembler des «données très sensibles», ce qui menaçait la sécurité nationale chinoise.

Par exemple, avait-elle détaillé dans ce long reportage diffusé vendredi, «si l'utilisateur est un journaliste, on peut déduire les endroits où il s'est rendu, les sites où il a réalisé des interviews, et on peut même voir les domaines sur lesquels il travaille: politiques ou économiques».

Selon Mme Ma, la géolocalisation de millions d'utilisateurs d'iPhone pourrait permettre de recueillir des informations sur les conditions de vie ou l'économie d'un pays, «voire des secrets d'Etat».

(afp)