Concurrence

17 mai 2019 10:54; Act: 17.05.2019 13:07 Print

Application auto: Google visé par une enquête

Le géant du web est soupçonné d'avoir refusé une application italienne liée aux véhicules électriques, au profit de Google Maps.

storybild

Google aurait refusé d'intégrer dans Android Auto l'application Enel X Recharge. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

L'autorité de la concurrence en Italie a annoncé vendredi avoir ouvert une enquête pour possible abus de position dominante contre le géant américain Google et sa maison mère Alphabet, les soupçonnant d'avoir refusé une application liée aux véhicules électriques afin de favoriser Google Maps.

Selon l'Antitrust, «Google, à travers son système Android, détient une position dominante sur le marché des systèmes opérationnels pour les appareils intelligents (téléphones, tablettes, NDLR), et aurait refusé d'intégrer dans Android Auto l'application Enel X Recharge ».

L'application développée par le géant italien de l'énergie est destinée à fournir aux usagers des informations et des services pour la recharge des batteries des voitures électriques.

Android Auto permet de son côté aux propriétaires de smartphones Android d'utiliser «de manière facile et sûre certaines applications quand il conduisent», rappelle l'autorité.

«Facile et sûre»

«L'intérêt de Google semble celui de défendre et renforcer (...) sa propre application Google Maps, qui offre une large gamme de services aux usagers, dont des informations sur la location des lieux de recharge des voitures électriques», a estime l'Antitrust.

Des fonctionnaires de l'autorité ont mené jeudi des inspections sur divers sites de Google et Alphabet, avec des inspecteurs de la police financière.

La procédure doit durer un an. Mi-avril, l'autorité de la concurrence italienne avait déjà annoncé le lancement d'une enquête contre le géant américain Amazon pour possible abus de position dominante dans le commerce en ligne et la logistique.

D'autres pays, comme le Japon, la France ou l'Autriche, ainsi que la Commission européenne, ont lancé des enquêtes ou des procédures visant les pratiques d'Amazon et d'autres géants du Net comme Google, Apple ou Facebook.

Fin juin 2017, la Commission européenne a infligé à Google sa première amende en Europe pour abus de position dominante, d'un montant de 2,42 milliards d'euros.

(nxp/afp)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Chrizo le 18.05.2019 08:31 Report dénoncer ce commentaire

    Allez y !

    Ces géants du web profitent de la faiblesse des Etats. Ils ne paient pas les mêmes impôts que les autres sociétés , défiscalisent allègrement à l'aide de cabinets spécialisés. Les Etats perdent donc des ressources alors que ces même géants utilisent leurs infrastructures. Résultat, les Etats s'appauvrissent et c'est NOUS qui devrons payer plus d'impôts pour les financer alors que Google en paiera encore moins. Il est temps que cela change !

Les derniers commentaires

  • Chrizo le 18.05.2019 08:31 Report dénoncer ce commentaire

    Allez y !

    Ces géants du web profitent de la faiblesse des Etats. Ils ne paient pas les mêmes impôts que les autres sociétés , défiscalisent allègrement à l'aide de cabinets spécialisés. Les Etats perdent donc des ressources alors que ces même géants utilisent leurs infrastructures. Résultat, les Etats s'appauvrissent et c'est NOUS qui devrons payer plus d'impôts pour les financer alors que Google en paiera encore moins. Il est temps que cela change !