Cybervandalisme

29 juillet 2012 10:33; Act: 29.07.2012 11:10 Print

Des bots assurent l'intégrité de Wikipédia

Les vandales actifs sur l'encyclopédie collaborative en ligne se heurtent à des chevaliers des temps modernes: des programmes informatiques autonomes.

Une faute?

Des dizaines de milliers de bénévoles oeuvrent dans le monde à l'amélioration et à la crédibilité de Wikipédia. Mais ils n’arriveraient pas à leur fin sans l’aide de centaines de «bots» qui patrouillent en permanence sur l'encyclopédie collaborative. En l'espace de quelques secondes, ces programmes informatiques autonomes sont capables de démasquer les tricheurs et de supprimer le contenu malhonnête. Ils effectuent une large palette de tâches éditoriales et administratives, aussi répétitives et fastidieuses les unes que les autres.

Basses besognes

«Sans eux, le site exigerait beaucoup plus de travail de la part de chacun d'entre nous et augmenterait le taux d'épuisement parmi nos contributeurs», reconnaît sur le site de la BBC Chris Grant, un étudiant en charge de la surveillance des robots. Connu sous le pseudo Hersfold, un administrateur va plus loin. «Wikipedia serait un désastre sans les bots», avoue-t-il.

Pas infaillible

Mais comme les humains, les robots font des erreurs, notamment en présence d'une problématique pour laquelle ils n'ont pas été programmés. ClueBot NG, nom du bot anti-vandalisme, affiche lui un faible taux de «faux positifs», c'est-à-dire des modifications qu'il prend pour du vandalisme, mais qui sont en fait légitimes. Mais dans ce cas, les administrateurs veillent au grain et leur pardonnent volontiers leur écart de conduite. «Nous avons eu une blague en nous: tous les robots doivent un jour se mettre en grève juste pour que les gens mesurent l'importance du travail qu'ils accomplissent», s'amuse Chris Grant.

(laf)