Web

03 juillet 2014 18:05; Act: 03.07.2014 18:12 Print

Droit à l'oubli numérique: Google attise la polémique

Des sites d’actualités se plaignent du déréférencement de leurs articles, à la suite des demandes d’effacement adressées au géant du Net.

Sur ce sujet
Une faute?

Le droit à l’oubli sur le web, ­accordé en mai aux citoyens du continent par la Cour de justice européenne, aurait-il un impact négatif sur le droit à l’information? Des médias britanniques soulèvent la question, en dénonçant une forme de «censure».

La BBC, Mail Online ou encore «The Guardian» se sont plaints mercredi de la suppression de certains de leurs articles des résultats du moteur de recherche. Ils ont été parmi les premiers sites d’actualités à avoir été informés par Google du déréférencement de certains de leurs contenus. Les médias britanniques ont ainsi listé les divers articles supprimés, comme ceux traitant de la démission forcée de Stan O’Neal, l’ex-patron de la banque d’investissement Merrill Lynch, en 2007. Ou encore à propos de l’arbitre de foot controversé écossais Dougie McDonald, qui avait avoué avoir menti pour justifier un penalty, en 2010.

Comble pour le droit à l’oubli, en pointant du doigt ces articles déréférencés, celui-ci a un «effet Streisand». Il se retourne contre les personnes qui ont demandé à être oubliées, à l’instar de l’ancien président de la ­Fédération internationale automobile Max Mosley et de sa sextape, de nouveau évoqués.

Avec plus de 70 000 requêtes reçues en un mois, Google risque de devoir retirer d’autres articles de presse. De quoi alimenter davantage la polémique et dénoncer indirectement la décision de justice de mai, dont la firme se dit victime.

(man)