Scandale en Chine

28 mars 2011 19:04; Act: 28.03.2011 19:25 Print

L'éditeur connaissait trop bien le virus

Les médias suspectent une société de répandre une application malveillante sur les mobiles. Pour mieux vendre son antidote.

Une faute?

NetQin est sous le feux des critiques. L’éditeur chinois de solutions de sécurité informatique aurait délibérément infecté des téléphones portables afin d’écouler un outil de nettoyage qu’il cofinance, selon la télévision officielle chinoise.

En téléchargeant l’application antivirus NetQin, les mobinautes auraient dans le même temps été contaminés par un virus. L’application, créée par la société «Feiliu», signalait alors immédiatement sa présence et invitait l’utilisateur à l’éradiquer, moyennant une mise à jour facturée 30 cts.

L’arnaque aurait viséles téléphones portables tournant avec des systèmes d’exploitation à base de Java. Nokia, ainsi que les trois opérateurs chinois, auraient depuis banni l’application. NetQin avait déjà, par le passé, défrayé la chronique avec un antivirus très intrusif tournant sous les mobiles Android.

La société, actuellement en pourparlers pour entrer à la bourse de New York, dément formellement les accusations. Elle accuse ses rivaux de propager la rumeur. Mais le fait que NetQin serait le deuxième plus gros investisseur de «Feiliu» et que leur patron respectif auraient fait leurs études ensemble n’ont fait que renforcer les soupçons pesant sur la société.

(20 minutes)