Etats-Unis

23 mars 2011 10:06; Act: 23.03.2011 16:34 Print

L'ordi livre en pâture l'auteur du larcin

A partir d'un service de sauvegarde en ligne, un étudiant a pu s'introduire dans la machine qu'on lui avait soutirée et découvrir l'intrus.

Une faute?

Mark Bao est peut-être l'exemple type du détective de l'ère numérique. Dépossédé en février dernier de son ordinateur dans son dortoir universitaire, il a pu y accéder à distance.

A partir de BlackBlaze, un service automatisé de sauvegarde et de synchronisation de données en ligne, il a pu faire le chemin inverse en obtenant l'accès à sa machine. L'étudiant, âgé de 18 ans, a ainsi pu parcourir à distance son disque dur et l'historique du navigateur.

Il est vite tombé des nues quand il a découvert des photos portrait du voleur même, prise à l'aide du logiciel Photo Booth.

«Waow! Je vois que la première chose que font les voleurs de MacBook est de se prendre en photos. Je ne pensais pas qu'ils pouvaient être aussi stupides!», a ironisé Mark sur Twitter où il a fait part au fur à mesure de l'avancement de son enquête numérique.

Son voleur ne s'est en effet pas arrêté là. Il s'est ensuite fendu d'une danse en écoutant le tube «Make it Rain» de Tyga, le tout mis en ligne sur YouTube.

«La vidéo est en ligne! C'est le mec qui m'a volé mon MacBook Air il y a quelques mois!», a tweeté Mark qui n'en revenait pas.

L'étudiant a ensuite pu parcourir la page Facebook en utilisant l'historique du navigateur. Il a alors non seulement pu découvrir l'identité du voleur, mais également pu savoir qu'il vivait dans le même immeuble que lui à l'Université de Bentley.

«Il fréquente la même école que moi. Et il vit juste quelques étages en dessous de chez moi», a tweeté Mark à l'attention de ses suiveurs sur Twitter.

Le jeune étudiant a alors alerté la police en apportant toutes les preuves qu'il avait rassemblées.

«Je ne suis pas rancunier, explique Mark sur le site du MailOnline. Il y a des choses plus importantes dans la vie. Le voleur a renvoyé l'ordinateur portable à la police, puis m'a envoyé un message sur Facebook en me disant qu'il était désolé.»

La petite histoire dit que, comme Mark avait déjà remplacé son ordinateur, il a promis de mettre en vente le modèle récupéré au profit des victimes du tremblement de terre au Japon.

(laf)